Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Session ordinaire: les Sénat quasi vide

Session ordinaire: les Sénat quasi vide

Un Sénat quasi vide, c’était déjà prévisible. Bon nombre de sénateurs d’Anosikely n’ont pas affiché leur présence,  lors de la cérémonie d’ouverture de la session ordinaire du Parlement, hier. Si la Chambre haute compte en effet 63 sénateurs, une dizaine de parlementaires seulement ont assisté à la séance. Le retard dans le déblocage du budget de fonctionnement en serait la raison. 

A part le président du Sénat, les sénateurs présents étaient en grande partie des originaires de la province d’Anta­nanarivo et qui ne font pas partie des groupes parlementaires Tim et HVM. Selon eux, il est du devoir des parlementaires d’assister à la session ordinaire. Pour ces derniers, le budget relatif au carburant ne semble pas poser de problème.

C’est d’ailleurs à se demander si le retard dans le déblocage de crédit serait vraiment le motif d’absence des sénateurs. Ceux de l’opposition insistent sur le retard dans le déblocage et martèlent que le budget n’est pas encore disponible. Alors qu’à entendre les parlementaires présents à la session d’ouverture, à l’instar du sénateur Day Rabenony, ils affirment le contraire.
«D’habitude, notre budget est débloqué tardivement, de ce fait, nous sommes remboursés après. Cette fois-ci par contre, il a été déjà débloqué bien avant la session», a-t-il expliqué.

Discours politique

Pour en revenir à la cérémonie d’ouverture, l’atmosphère qui régnait dans le Palais de verre sortait de l’habitude. Contrai­rement à ses précédentes prises de parole, le pré­sident du Sénat, Rivo Rakotovao, a été très bref.

A vrai dire, son discours véhicule un message purement politique qui n’avait rien à voir avec la session ordinaire. Il n’a pas détaillé le déroulement de la session, ni la lecture des textes prévus à l’ordre du jour.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.