Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tsinjo Fameno : 20 milliards d’ariary pour 71.000 employés

Tsinjo Fameno : 20 milliards d’ariary pour 71.000 employés

Lancée officiellement le 25 août, les inscriptions pour le Tsinjo Fameno, le prêt octroyé aux employés du secteur privé sont closes depuis le 15 octobre. La Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps) a dressé un bilan hier, dans les locaux de l’entreprise franche Akanjo à Ambatomaro. 

131.000 employés inscrits et répartis au niveau de 2.000 entreprises formelles, sont éligibles pour bénéficier du Tsinjo Fameno, d’après la Cnaps. Parmi eux, plus de la moitié, soit 71.000, ont rempli correctement les conditions exigées et ont pu obtenir le prêt. A ce sujet, la Cnaps constate que les dossiers incomplets retardent le déblocage des fonds. En moyenne, le traitement des dossiers dure 15 jours, si la Cnaps a prévu initialement un délai de 10 jours pour le déblocage du prêt.
«On comptabilise 40 milliards d’ariary de demandes en termes pécuniaires. Mais pour le moment, les dossiers corrects correspondent à l’équivalent de 20 milliards d’ariary. Le traitement des dossiers se poursuit toujours» a avancé Alain Ratsimbaharison, directeur de la communication de la Cnaps.

Combler la baisse de revenu
D’après les témoignages des employés de la société Akanjo, le Tsinjo Fameno a permis de combler la baisse de revenu causée par la crise. Pourtant, la société Akanjo n’a procédé, ni au chômage technique, ni à la suppression de poste. Ce­pen­dant les heures supplémentaires et les primes de production ont été suspendues en raison de la baisse des commandes.
«Les heures supplémentaires représentent entre 30 à 40% de mon salaire mensuel. L’octroi du Tsinjo Fameno m’a permis de combler ce qui manquait à la maison, notamment les frais de scolarité de mes enfants», a fait savoir Arsène Edmond, un employé de la société Akanjo.
Cette entreprise franche spécialisée dans l’exportation de produits textiles vers l’Europe, essentiellement vers la France, a repris normalement ses activités de­puis peu. Cependant, la société tourne encore au ralenti à cause de la persistance de la crise sanitaire en Europe.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.