Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Sambava: l’ANTM démasque des faux tradipraticiens

Sambava: l’ANTM démasque des faux tradipraticiens

Le développement de la médecine traditionnelle suscite des convoitises. Elle attire même des malfaiteurs de tout acabit, déplore le président de l’Association nationale des tradipraticiens de Madagascar (ANTM), Josephin Andrianai­narivelo. Le bureau national lance actuellement une mise en garde pour préserver la santé publique contre les escrocs.

L’Association nationale des tradipraticiens de Mada­gascar (ANTM) attire l’attention des autorités sur l’existence de pratiques mafieuses dans ses rangs actuellement. Son président, Josephin Andrianainarivelo, a révélé hier la présence douteuse d’un couple ayant tenté de se faire délivrer une autorisation d’exercer la profession dans le district de Sambava.
«Ces suspects ont présenté de faux documents dont des fausses cartes de membres à la représentation locale de l’association. Toutefois, cette dernière a immédiatement détecté une anomalie sur les cachets apposés sur la carte attestant de l’adhésion du postulant à l’ANTM et la carte de son association d’origine», a rapporté Josephin Andrianainarivelo.
«Ces tampons ont disparu au cours de ma visite de travail à Sambava le 21 août 2018 et n’ont plus été utilisés depuis. La possession de ce matériel désigne logiquement leur détenteur comme auteur de la soustraction frauduleuse dont j’ai été victime», a déduit le président de l’ANTM. Il souhaite ainsi la collaboration des autorités locales pour assainir la filière par la répression de ces délits préjudiciables à la profession de tradipraticiens et à la santé publique.
Beaucoup de faux praticiens rivalisent d’astuces dernièrement pour arnaquer le public à la suite du boom de la médecine traditionnelle. La prolifération de cette pratique nécessite des interventions plus rigoureuses des autorités pour protéger les droits des citoyens.

Manou

Les commentaires sont fermées.