Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Développement: les gouverneurs n’auront plus d’excuse

Développement: les gouverneurs n’auront plus d’excuse

Comme annoncé, le premier conseil des gouverneurs des régions s’est déroulé hier, à Antsohihy. A l’occasion, le chef de l’Etat a rappelé à leur responsabilité.

«Des moyens se­ront désormais ac­cordés aux gouverneurs dans l’accomplissement de leur mission et ils seront jugés par leurs ac­tions concrètes », a rappelé Andry Rajoelina hier lors du premier conseil des gouverneurs de Madagas­car.

«Il est clair qu’il appartient désormais aux gouverneurs de trouver les moyens de développer leur circonscription respective. Il ne devrait plus y avoir d’excuse», a souligné le chef de l’Etat. Et pour cause, le gouvernement a pris la décision d’octroyer des engins mo­dernes et des fonds spéciaux pour la réhabilitation des routes pour chaque gouvernorat. «Si une route n’a pas été construite, la po­pulation ne se tournera plus vers l’Exécutif mais vers les gouverneurs», a-t-il ajouté.

Comme l’a souligné le chef de l’Etat, l’article 7 du décret n°201-9-1866 dis­pose que «Le gouverneur est chargé de l’identification, de la programmation et de la mise en œuvre des activités de développement d’envergure régionale, con­formé­ment aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur» et qu’«En outre, il peut se voir confier des projets de développement ou des travaux d’investissement».

En d’autres termes, les gouverneurs des régions sont ainsi les premiers responsables de la résolution des problèmes régionaux et ce, indépendamment de l’Exécutif, entre autres, le chef de l’Etat et le gouvernement, a rappelé le président de la Ré­publique.

Budget additionnel

A en croire le chef de l’Etat, l’institution du con­seil des gouverneurs té­moigne, en tout cas de la volonté du gouvernement de concrétiser la décentralisation effective et d’accélérer le processus de développement. D’autant qu’il s’agit d’une occasion de rappeler la mission de chaque gouverneur et d’évaluer en même temps les travaux accomplis. Dans cette optique, hormis le budget initial, le président de la Républi­que a ouvert la voie, le cas échéant, à un éventuel budget additionnel pour le gouvernorat en cas de projets d’urgence correspondant aux besoins réels de la population.

Leurs initiatives de­vront, du reste, s’articuler autour de la Politique générale de l’Etat. Ce document-cadre souligne que chaque gouvernorat pourra de manière autonome élaborer des projets de développement répondant aux réalités de chaque région, mobiliser des ressources supplémentaires et rattraper ainsi son retard de développement en matière de santé, d’infrastructures, d’éducation, de développement économique, social et culturel.

«Des gouverneurs res­ponsables et efficaces dans la concrétisation des «Veli­rano» et des priorités indiquées dans le Plan pour l’émergence de Madagascar (PEM)», rapporte, à ce propos, la Présidence. A ce titre, les gouverneurs sont «invités» à réaliser la réhabilitation de route en pavés mesurant au moins 10 km ainsi que la création de six salles de classe par an, en collaboration avec le ministère de tu­telle.

J.P

Les commentaires sont fermées.