Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique: Ecoutons ! La nature nous parle

On ne disconvient pas, tous les êtres vivants sont interdépendants les uns des autres. Cela revient à dire que le déclin d’une espèce faunistique ou floristique met en danger la vie des autres. Aussi appert-il que l’apparition d’une nouvelle variété suscite un nouveau besoin, notamment en termes d’adaptation.

Les feux de brousse et de forêts, tout comme les incendies dans les villes, se sont multipliés de manière inquiétante ces derniers temps. Des pays développés aux contrées lointaines, les flammes dévorent tous sur leur passage. Certains points de feu n’ont disparu que plusieurs semaines voire des mois comme c’était le cas d’« August Complex Fire » dans le nord-ouest de la Californie aux Etats-Unis. D’autres incendies ont été maîtrisés presque à temps, mais ont laissé des préjudices majeurs, notamment ceux de Notre-Dame de Paris et des 67 Ha.

Acte volontaire ou faute non intentionnelle à cause de la témérité, peu nous en chaut ! Les résultats restent les mêmes : disparition en un clin d’œil d’un patrimoine naturo-culturel, destruction des biens tant individuels que publics, et maintenant, hausse de la température et asphyxie généralisée des suites de la pollution de l’air.

Coronavirus nous a dû apprendre qu’il est possible de maîtriser l’exploitation abusive des ressources naturelles, à commencer par le pétrole. Mais ce n’est visiblement pas le cas ! Comme si la période d’accalmie était l’occasion ou jamais d’augmenter au maximum les dégâts environnementaux déjà presque inaperçus depuis des mois. Cela fait notamment référence au navire Wakashio échoué près de l’île Maurice et à la découverte de carcasses d’animaux marins sur la péninsule russe du Kamtchatka. Et dimanche encore, la forêt d’Ambohimanga Rova a frôlé un incendie grâce à Dame pluie !

Doit-on vivre avec cette catastrophe artificielle ? N’est-il pas temps de briser ce cycle infernal tel un cercle vicieux ? La nature nous a toujours écoutés et s’est adaptée à nos caprices d’« hommes modernes ». Et à un moment donné, elle a donné son ultime réponse à notre désir inconscient de toujours faire face à de nouveaux défis aussi complexes les uns que les autres : le Covid-19. Il paraît que c’est au tour du cosmos de nous parler maintenant alors à bon entendeur, salut !

Lova R.

Les commentaires sont fermées.