Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique: Façonneurs d’avenir

«Enseignants : leaders en temps de crise et façonneurs d’avenir». C’est le thème choisi cette année par l’organisme onusien, Unesco, pour célébrer la journée mondiale dédiée aux enseignants. Un métier respectable mais qui, au fil du temps, perd de plus en plus malheureusement de sa valeur, du moins dans les pays en voie de développement comme Madagascar. Et pour cause, à l’image du journalisme, la profession d’enseignants est banalisée. Tout le monde peut devenir enseignant faute de mieux et sans vocation.

Dans la plupart des cas, la majorité des enseignants n’a pas choisi ce métier s’ils avaient le choix. Il suffit de faire des enquêtes auprès des établissements scolaires, privés ou publics, pour le comprendre. Pour la majeure partie d’entre eux, le métier ne constitue qu’une soupape de sécurité en vue d’arrondir les fins de mois. Ils jonglent d’ailleurs entre plusieurs établissements scolaires en même temps, pour avoir le plus de gain possible.

Sous cet angle, les quelques heures passées avec les étudiants sont donc parfois expéditives car, c’est payé à l’heure, ils ne sont présents que pour grappiller des heures de plus. Il faut reconnaître également que et cela n’émeut personne, les enseignants sont les plus mal lotis en matière de salaire.

Dans certaines localités plus reculées, l’enseignant n’hésite d’ailleurs pas à faire appel à ses élèves pour l’aider dans les champs. Et il s’agit d’une pratique courante qui n’indigne personne, loin s’en faut. Au contraire, certains parents n’hésitent pas à encourager leur progéniture à y aller afin d’avoir de meilleures notes. Il n’est donc pas étonnant qu’une fois arrivé au lycée ou à l’université, le niveau des étudiants tende à régresser.

Certes, le métier d’enseignant est souvent exigeant et à la fois passionnant, mais il devrait être traité comme sacerdoce, avec fierté, tant il contribue à développer et à façonner l’avenir d’un être humain. Cela étant, il est dommage que la célébration de la journée internationale des enseignants passe, presque dans l’indifférence totale. C’est que, encore une fois, il reste beaucoup à faire.

J.P

 

Les commentaires sont fermées.