Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Sénatoriales: le bal des prétendants s’ouvre à Fianarantsoa

Sénatoriales: le bal des prétendants s’ouvre  à Fianarantsoa

Les candidats aux sénatoriales de la province de Fianarantsoa ouvrent le bal des prétendants, alors que ceux des autres localités jouent la montre.

Une personnalité bien connue dans le mon­de des médias se présente aux sénatoriales dans la province de Fianarantsoa. Il s’agit de Nicolas Rabema­nanjara, président directeur général de la station audiovisuelle TV Plus Madagas­car. L’information a été re­layée par l’élu de Manakara, Giscard Andriano, sur les réseaux sociaux. D’autres personnalités représenteront ainsi cette province au nom de la plateforme pro-régime IRD dont Raymond Raso­londratsimba, Victor Raza­findrakoto, Rakotomila et Rakotozafy Volomanitra. Leurs dossiers de candidature ont été déposés auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidature (Ovec) de Fianaran­tsoa, hier.
Bien connues dans cette province, les deux personnalités auront ainsi la lourde responsabilité de représenter Fianarantsoa le 11 dé­cembre et, jusqu’ici, leurs challengers ne se sont pas présentés. A l’instar d’autres provinces du pays, la majorité des élus locaux, donc les grands électeurs, sont issus de la majorité IRD, à l’exception de quelques indépendants. Sauf revirement, le boulevard reste ainsi ouvert aux candidats pro-régime.

Représentants des collectivités

Pour rappel, l’article 81 de la Loi fondamentale dispose que «Le Sénat représente les collectivités territoriales décentralisées et les organisations économiques et sociales» et qu’«Il com­prend, pour deux tiers, des membres élus en nombre égal pour chaque province, et pour un tiers, des mem­bres nommés par le président de la République, d’une part, sur présentation des groupements les plus représentatifs issus des forces économiques, sociales et culturelles et d’autre part, en raison de leur compétence particulière». La Chambre haute devrait être également con­sultée par le gouvernement pour donner son avis sur les questions économiques, so­ciales et d’organisation des collectivités territoriales dé­centrali­sées. Dans sa composition actuelle, le Sénat, en majorité composée d’opposants, a choisi de jouer la carte politique plutôt que d’accompagner le gouvernement dans ses initiatives en faveur du développement.

J.P

Les commentaires sont fermées.