Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Préparation des Barea: le torchon brûle entre la FMF et Nicolas Dupuis

Préparation des Barea: le torchon brûle entre la FMF et Nicolas Dupuis

Au moment où l’engouement national pour les Barea de Madagascar refait surface, entre le sélectionneur national Nicolas Dupuis et la Fédération malagasy de football (FMF), il y a un profond désaccord sur la préparation des Barea de Madagascar. La publication de la liste des 23 joueurs, mercredi, sans informer au préalable le sélectionneur qui a prévu une autre date, est la goutte d’eau qui a fait déborder la vase.

Comme il est de coutume dans le milieu footballistique, l’annonce de la liste des pré­­­sélectionnés revient au sé-
lectionneur. Mais, pour afficher que la balle est dans son camp, la FMF en a dé­­cidé autrement et s’adjuge le droit d’annoncer officiellement la liste des 23 Barea. Le ballon ne tourne pas rond.
Dans ce bras de fer, la FMF ne semble pas faire du cadeau à Nicolas Dupuis. Ce dernier a souhaité une rencontre de préparation contre un club luxembourgeois de la première division, mais une fois encore, la Fédé­ration a pris le contre-pied en envoyant les Barea au Portugal pour un match amical face à une équipe nationale du Burkina Faso. Et comble de l’histoire, paraît-il que Nicola Dupuis a été le premier à proposer cette idée.
«C’est bien moi qui ai contacté le Burkina pour jouer au Portugal et qui en ai parlé à la FMF», a souligné Nicolas Dupuis. De son côté, Jocelyn Razafimamonjy, membre du comité exécutif de la fédération, a dit le contraire. C’est lui en personne qui aurait entré en contact direct avec les Burkinabès, selon ses dires.
Risque

Si aucun compromis n’est trouvé entre les responsables du foot malagasy, le pire est à craindre. Les Barea de Madagascar méritent une préparation sérieuse et loin des ondes négatives en vue de leurs deux prochaines rencontres face aux Elé­phants de la Côte d’Ivoire.
Ce n’est pas la première fois qu’une telle mésentente s’est produite entre un sélectionneur et la fédération. Mais, lorsque tout le monde met en avant l’intérêt général, le résultat était une place de quart de finaliste de la dernière Can en Egypte.

Naisa

Les commentaires sont fermées.