Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Peur des Sénatoriales : le HVM et le TIM demandent la dissolution de la Ceni

Peur des Sénatoriales : le HVM et le TIM demandent  la dissolution de la Ceni

Acculés au mur, les sénateurs HVM tentent aujourd’hui de s’allier avec des micro-partis d’opposition pour défendre leur cause et demander la dissolution de la Ceni. Il y a péril en la demeure. 

Ces derniers temps, les sénateurs HVM multiplient les gesticulations pour tenir bon. Mais, ils savent que la fin approche inéluctablement. Comme dernier re­cours qui n’a aucune chance d’aboutir, est de demander la dissolution de la Commission électorale nationale indépendante. Même pas en rêve vu les préparatifs des sénatoriales déjà engagés.
Et pour donner du poids à leur ambition mal placée, ils cherchent des alliés parmi les micro-partis. A ce sujet, une réunion s’est déroulée hier, à l’hôtel Panorama Andraina­rivo. Et comme il fallait s’y attendre, la tenue des élections sénatoriales en décembre est pointée du doigt. Tout le monde n’est pas dupe, ce scrutin mettra un terme au mandat des actuels sénateurs constitués en majorité de membres du parti HVM, mais également à celui de Rivo Rakotovao en tant que président du Sénat.
Ces sénateurs espèrent ainsi qu’en alliant à leur cause d’autres partis se déclarant comme opposants, ils pourront faire pression notamment sur la Haute Cour constitutionnelle (HCC). En plus de s’opposer aux prochaines élections, ils contestent aussi la plupart des décisions prises par cette juridiction ces derniers temps. La Cour d’Ambo­hidahy à qui ils ont pourtant déposé deux requêtes en l’es­pace de deux semaines. La première en annulation du projet de loi réduisant à 18 le nombre des sénateurs et la dernière en date relative à l’annulation du décret de convocation des électeurs aux sénatoriales de décembre.

Non crédible

Pourtant, à part le HVM et le Tiako i Madagasikara, la plupart des partis et politiciens ayant fait la déclaration d’hier n’ont jamais participé à une quelconque réunion. Ce qui remet en cause leur déclaration dénigrant une institution électorale et fustigeant les efforts de la Ceni dans les préparatifs des sénatoriales auxquelles ils vont probablement briller par leur absence.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.