Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tourisme national: timide reprise de la destination Mahajanga

Tourisme national: timide reprise de la destination Mahajanga

Une reprise tardive. Tel est le constat des professionnels du tourisme dans la ville de Mahajanga. La liaison terrestre entre la ville des Fleurs et la capitale est de nouveau ouverte cette semaine après six mois de suspension.

Une légère reprise des activités touristiques est constatée à Ma­ha­jan­ga, quelques jours après l’ouverture de la route nationale reliant la cité des Fleurs à la capitale. Mais cela ne suffit pas à sauver la saison touristique dans la capitale de la ré­gion Boeny pour cette an­née.

«La présence des vacanciers au bord de Mahajanga et dans les villages touristiques nous permet de dire qu’il y a une légère reprise des activités touristiques dans la ville. Quant aux réservations dans les hôtels, on ne peut pas vraiment dire qu’il y a un retour des touristes», a fait sa­voir Toky Armel Ranja­to­nan­tenaina, directeur exécutif de l’Office régional du tourisme de la région Boeny.

Pour ce responsable, le tourisme à Mahajanga a baissé de 100% après six mois d’ar­rêt total des activités. Et malgré l’ouverture de la route, l’engouement des touristes n’y est plus en raison des autres préoccupations, no­tamment la rentrée des classes.

«La prochaine haute saison pour le cas de Mahajanga est prévue en décembre avec les vacances de Noël et de fin d’année. Espérons qu’il n’y aura pas une recrudescence de l’épidémie durant cette période», a-t-il expliqué.
D’importants défis pour le développement du tourisme nationalMahajanga fait partie des principales destinations touristiques nationales à Mada­gas­car. La promotion du tourisme local fait partie des stratégies des autorités pour relancer ce secteur après les coups durs de la cri­se du Covid-19. Cepen­dant, les professionnels du sec­teur estiment que beaucoup reste à faire pour atteindre cet objectif. A commencer par la mise en place d’infrastructures adéquates et aux normes.
Pour le cas de Mahajanga, «Manerinerina, Ambondro­ma­my et Maevatanàna sont les trois villes les plus fréquentées par les voyageurs pour les arrêts-repas avant d’atteindre Mahajanga. Il est nécessaire aujourd’hui d’établir une norme sur les conditions d’hygiène dans ces arrêts pour assurer la sécurité des voyageu­rs. A noter au passage qu’il n’y a pas d’infrastructure de propreté sur cette rou­te», a recommandé le directeur exécutif de l’ORT Boeny.
Du reste, des séances de formation aux protocoles d’hygiène ont eu lieu dans la ville de Mahajanga cette se­maine pour éviter la propagation du coronavirus sur place. Transporteurs, hôteliers et guides touristiques ont pris part à cette formation.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.