Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Scrutins: la MCC répond aux détracteurs des sénatoriales

Scrutins: la MCC répond aux détracteurs  des sénatoriales

Le porte-parole du gouvernement, la ministre de la Communication, Lalatiana Rakontondrazafy Andria­ton­garivo qualifie de faux débats les contestations liées à la te­nue des sénatoriales le 11 décembre. A ce titre, elle défend le décret de convocation des électeurs prévu à cette date.
En marge de la visite des travaux de construction de l’Académie des arts et de la culture à Am­bo­hi­tsorohitra, mardi, la ministre de la Communication et de la culture, a souligné que cette démarche s’inscrit dans le respect des textes règlementaires.
«Le mandat actuel des sénateurs touche à sa fin le 21 février 2021. Ainsi, le processus électoral a été entamé pour que le moment venu, nous avons déjà des sénateurs nouvellement élus. C’est ainsi que le gouvernement a choisi d’enclencher les préparatifs», a-t-elle souligné. Et de noter que «ces débats n’ont pas eu lieu d’être».

Collège électorale
Pour sa part, l’organisation non gouvernementale «KMF/Cnoe», a déposé une requête aux fins d’annulation de ce décret n°2020-110 portant convocation du collège électoral, ayant comme motif, l’absence de certains grands électeurs, notamment les représentants provinciaux ainsi que le cas des élus communaux encore à statuer au niveau du Conseil d’Etat.
Sur ce, la porte-parole du gouvernement a expliqué que c’était également le cas lors des élections sénatoriales du 29 décembre 2015. A l’époque, en effet, le collège électoral a été seulement composé des élus communaux, maires et conseillers.
«J’aimerais préciser d’ailleurs que le décret adopté par le conseil du gouvernement dernièrement accorde à la Ceni un délai d’un mois, soit le 11 novembre, pour arrêter la liste électorale», a-t-elle poursuivi.
En effet, à l’issue des dernières élections communales, le Conseil d’Etat devra statuer sur plusieurs requêtes en annulation faisant suite à la décision des Tribunaux administratifs et financiers. A cause de la situation sanitaire, les dossiers n’ont pu être examinés à temps, mais ce décret de convocation des électeurs devrait accélérer les choses.

Des maires et conseillers municipaux devraient ainsi rejoindre la liste des grands électeurs. Compte tenu de l’expiration du mandat des sénateurs en février 2021 et l’impossibilité d’organiser des élections provinciales et régionales entre-temps, l’Exécutif veut ainsi miser sur les grands électeurs «disponibles» issus des dernières communales.

J.P

Les commentaires sont fermées.