Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Riziculture à Madagascar; face aux défis de l’augmentation et de la sécurisation de la production

Riziculture à Madagascar; face aux défis de l’augmentation  et de la sécurisation de la production

Dans la filière riziculture, les enjeux pour Madagascar consistent à augmenter et sécuriser la production de riz en vue de se substituer aux importations. Le ministère en charge de l’Agriculture (Maep) compte mettre sur pied des projets d’agrégation agricole pour mobiliser le secteur privé à travailler avec le réseau des producteurs rizicoles.

Les riziculteurs constituent les 90% des producteurs agricoles à Madagascar. Pour l’ensemble des modes de riziculture, la production globale est évaluée à quatre millions de tonnes sur une superficie de 1,3 million d’hectares. La croissance annuelle de la production rizicole tourne autour de 1,5% et les rendements moyens restent souvent inférieurs à 3 tonnes à l’hectare. Une telle stagnation de la production a con­duit le pays à importer chaque année entre 5 et 10 % de la consommation nationale.
A cet effet, l’ensemble du pays enregistre en moyenne un gap annuel de 240.717 tonnes. Le rendement au niveau national se stabilise autour de 2,6 t/ha selon les statistiques livrées par le Maep. « Les raisons restent récurrentes : faible utilisation de semences améliorées et de fertilisants performants, problème d’accès au marché, faute de disponibilité d’une part, mais aussi d’accompagnement qui sécurise les producteurs ou exploitants agricoles familiaux d’autre part », a fait savoir le ministère. D’où le lancement d’un appel à Manifestation d’intérêt pour des projets d’agrégation agricole pour les saisons culturales rizi­coles.
Grâce à ces projets, un surplus de production de 16.342 t devrait être atteint pour la région Analamanga, 24.500 t pour Marovoay/ Boeny et 35.525 t pour la région Alaotra Mangoro, selon les estimations, à raison d’une prévision de rendement de 5 t/ha.

Assurer l’approvisionnement local

Afin d’améliorer la productivité rizicole dans les bassins des régions Anala­manga, Boeny et Alaotra Mangoro, le Maep envisage de réaliser des projets d’agrégation agricole qui mobilisent le secteur privé à travailler avec le réseau des producteurs rizicoles. Spé­cifiquement appelés agrégateurs, les opérateurs joueront les rôles d’appuis à l’accès aux intrants, d’appuis financiers en partenariat avec les institutions financières et d’opérateurs de marché.
Cela devrait permettre d’approvisionner le marché local à un prix compétitif, surtout en période de soudure et limiter les actions de spéculation, suivant la ligne stratégique du Gouverne­ment.
Ces projets fixent comme objectifs d’accroître et de sécuriser la production rizicole par l’adoption de nouvelles techniques de production et la promotion du con­trat d’agrégation entre les maillons des chaines de valeur riz ; ainsi que d’assurer la distribution de riz dans tout Madagascar.

Arh.

Les commentaires sont fermées.