Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Préfet de Tanà : la réouverture des temples exige une autorisation

Préfet de Tanà : la réouverture des temples exige une autorisation

Les fidèles de la FJKM retrouveront les bancs de l’église à partir de ce dimanche. Récemment, leur président a annoncé que les cultes religieux reprendront au sein de chaque temple. Mais sans tarder, le préfet adjoint d’Analamanga, le commissaire Danny Pascal Rakotondravalo a indiqué qu’il faut une autorisation émanant de la préfecture pour rouvrir les églises. 

La Préfecture de police n’a pas tardé à réagir. Moins de 24 heures, après la déclaration du président de l’Eglise réformée de Jésus-Christ à Madagascar (Fjkm), le pasteur Irako Andriamahazosoa, de reprise des offices religieux, le préfet adjoint d’Analamanga, le commissaire Danny Pascal Rakotondravalo a rappelé qu’aucun temple ne pourra rouvrir sans autorisation délivrée par la préfecture.

« Les temples qui décident de reprendre les cultes, doivent déposer au préalable une demande de réouverture auprès de la Préfecture. A travers cette de­mande, les responsables de cha­que église s’engagent à respecter les dispositifs sanitaires», a-t-il précisé.

A l’entendre, outre la limitation à 50 du nombre de fidèles par culte, les autres consignes sanitaires devraient être suivies au pied de la lettre par les responsables des temples. Ils devraient par exemple tenir un registre dans lequel seront enregistrées des informations concernant chaque fidèle assistant aux offices, entre autres, leur identité, numéro de téléphone, ainsi que leur adresse. Une copie de ce registre devrait être envoyée avec la demande d’autorisation de réouverture, auprès de la préfecture.

«Cela a pour objectif de faciliter le traçage au cas où l’une des personnes assistant à la cérémonie est déclarée positive au Covid-19. Grâce à ce registre, nous allons pouvoir déterminer toutes les personnes qui auraient pu entrer en contact avec la personne contaminée», a poursuivi le commissaire Danny Pascal Rakotondravalo.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.