Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Distribution des aides sociales: les chefs fokontany convoqués à la CUA

Distribution des aides sociales: les chefs fokontany convoqués à la CUA

La région Analamanga et la CUA font front commun contre le coronavirus. Elles se donnent la main pour que l’opération de distribution des «Sosialim-bahoaka» se passe sans encombre. Dans cette optique, les responsables ont convoqué les chefs fokontany des 6 arrondissements de la capitale hier, à Analakely.

Face à la grogne de la population qui n’hésite pas à pointer du doigt les chefs fokontany autour de la distribution des aides sociales telles les «Sosialim-bahoaka», cédant parfois au népotisme, ces derniers ont été convoqués, hier à Ana­la­kely, à une réunion avec le maire, Naina Andriantsi­to­haina et le gouverneur d’An­a­lamanga, Hery Rasoamaro­maka, les délégués communaux et les chefs districts.
Tout en apportant leur sou­­tien aux chefs fokontany dans l’accomplissement de leurs responsabilités, le mai­re et le gouverneur n’ont pas man­qué de rappeler que l’Etat sera intransigeant en­vers ceux qui tentent de déstabiliser l’opinion publique, d’une part, et de détourner les aides sociales, d’autre part.
Des consignes ont été don­nées aux chefs fokontany pour que la distribution des tickets des «Sosialim-bahoaka» se déroule en toute transparence. La méthode d’établissement de la liste des réels bénéficiaires, no­tam­ment les plus vulnérables, est à améliorer. L’ob­jectif est d’éviter tout débordement et la pagaille devant les sites de distribution. Tou­tes les parties prenantes ont accordé leurs violons à ce propos. D’autant que ces derniers jours, des personnes malintentionnées semblent profiter de l’existence d’un attroupement pour se­mer des troubles.
Selon les informations fournies par la CUA, il a été question de transmettre les principaux messages du chef de l’Etat, Andry Rajoelina. «Les aides sociales doivent im­pé­rativement arriver aux principales personnes concernées. Ceux qui ont déjà bénéficié du Tosika Fameno, ne pourront plus recevoir le Vatsy Tsinjo», a été le message lancé à l’endroit de chaque responsable au niveau des fokontany. Les chefs fokontany pris en flagrant délit de détournement seront démis de leurs fonctions et poursuivis par la loi. Concernant les plaintes reçues, les responsables ont déjà convoqué les personnes soupçonnées.
Halte à la déstabilisation 
Apparemment, les dé­tracteurs du régime interprètent mal la notification «tout le monde recevra sa part», créant ainsi la confusion auprès de la population.
Par exemple à An­dron­dra hier, après la distribution sans problème des tickets, des gens ont fait circuler les rumeurs comme quoi, une deuxième vague serait pré­vue. Du coup, plus de 1.000 personnes se sont attroupées devant le fokontany durant des heures.
Concrètement, entre 300. 000 et 340.000 ménages pourront bénéficier des aides sociales de l’Etat, dont 100. 000 ont déjà reçu le Tosika Fameno, plus 45.000 tickets de 30.000 ariary d’achat de vivres ont été distribués. En revanche, l’actuelle opération «Sosialim-bahoaka» prévoit 200.000 ménages. En somme environ 345.000 mé­nages bénéficiaires d’aides sociales dont certains ont déjà pu en recevoir, tandis que d’autres doivent attendre leur tour.
«On ne peut pas distribuer des aides à 200.000 ménages en une seule fois. Il y a une organisation. Si l’on veut que le rythme de distribution soit fluide, il faut que chacun suive les consignes sanitaires et celles liées à l’organisation. Nous devons le faire si on veut lutter efficacement contre la propagation du virus et contre les difficultés sociales qu’elle a causées. Nous devons rester solidaires et res­pecter l’ordre», a indiqué Mikhaël So­lo­fo­niaina, directeur de cabinet adjoint de la CUA.
Elia Ravelomanantsoa, di­recteur des Arts, de la culture et vie communautaire de la CUA appelle «tout un chacun à ne pas écouter les bruits de couloir et les rumeurs».

J.P

Les commentaires sont fermées.