Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Toamasina: il brandit son arme sur un policier et s’est fait prendre

Toamasina: il brandit son arme sur un  policier et s’est fait prendre

Un individu impliqué dans des vols suivis d’agression à l’arme blanche a été appréhendé par la police de Toamasina dimanche dans la soirée, suite à un piège tendu auquel il a mordu.
En fait, un policier en tenue civile faisait semblant de pousser son scooter ce soir-là du côté d’Anjoma, un quartier réputé pour être l’endroit de prédilection des voleurs de tout acabit. Et ce qui devait arriver arriva, puisque tout d’un coup, un individu a surgi de nulle part, muni d’un pistolet qu’il a braqué sur le policier. Puis trois autres suspects se sont amenés en vue d’encercler l’agent. Mais c’était sans compter sur la vigilance du limier qui a essayé de désarmer son vis-à-vis par une prise d’on ne sait quel art martial. Quand bien même, le bandit a tenté de réagir le temps d’un petit moment de combat à main nue, mais il n’a pas fait le poids, si bien que le policier a vite maîtrisé la situation.
Voyant que la situation a tourné au vinaigre, les trois complices de l’homme armé ont tôt fait de déguerpir, d’autant plus qu’ils ont vu venir quatre autres policiers venus à la rescousse de leur compère. Les policiers ont poursuivis les fugitifs dans les dédales des ruelles du quartier, mais ils n’ont pu les rattraper. Finale­ment, ils se sont résignés à ra­mener au commissariat leur unique «prise» de la soirée. Ce dernier, durant l’enquête préliminaire, s’est livré aux aveux, soulignant que le pistolet ne servait à sa bande qu’à intimider leurs cibles.
A souligner que les vols à la tire ont pris de l’ampleur ces derniers temps à Toamasina, à en juger les plaintes reçues par le commissariat central local. Quelques quartiers sont nommément cités comme étant l’endroit de prédilection des malfrats, à l’instar d’Anjoma ou d’Ambalabe, près de l’Ecar Notre-Dame…

Felana Michelle

Les commentaires sont fermées.