Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Détournements des aides sociales: le président lance une sévère mise en garde

Détournements des aides sociales: le président lance une sévère mise  en garde

De la transparence totale. C’est le critère requis pour les responsables en charge de la distribution des aides sociales. Hier, le chef de l’Etat a lancé une mise en garde envers les personnes malintentionnées.

Avertissement. Dans le cadre de la distribution des aides sociales en faveur des plus défavorisées, le chef de l’Etat, Andry Rajoelina a indiqué son in­transigeance à l’endroit de ceux qui profitent de la situation pour léser les plus vulnérables. Une mise en garde sévère a été lancée aux chefs fokontany et aux autorités locales qui seraient tentés de détourner les aides destinées à la population.

En effet, avant d’entamer son discours officiel, le président a tenu à rencontrer une partie de la population locale qui a exprimé son mécontentement pour avoir été oubliée dans la distribution d’aides sociales. «Les chefs fokontany bénéficieront également des aides sociales. En revanche, ceux qui continuent dans la pratique du népotisme et le favoritisme seront punis. Les corrompus seront directement démis de leur fonction», a-t-il poursuivi. Le chef de l’État a par ailleurs rassuré la population locale en affirmant que tous les foyers vulnérables recevront équitablement les aides sociales. «Tous ceux qui possèdent des carnets fokontany pourront en dis­poser», a-t-il annoncé.

Lundi dernier, en marge de l’octroi des dons à An­tsonjombe, le gouverneur de la région Analamanga, Hery Rasoamaromaka, avait été ferme à l’endroit de ceux qui tenteraient de détourner les aides sociales fournies par l’Etat. «Toutes personnes vulnérables à l’exception de celles qui ont pu bénéficier de 100.000 ariary Tosika fameno plus d’une fois, devront bénéficier de cette aide (…). Les personnes qui détournent les aides sociales destinées à la population seront punies par la loi en vigueur», avait-t-il alors martelé. Et d’ajouter : «Dans les 15 jours à venir, tout le monde devra avoir sa part. En cas de suspicion de corruption ou de mauvaise gestion, vous pouvez nous contacter», avait-il lancé aux journalistes. Et pour cause, la distribution des aides fait souvent l’objet de mauvaises pratiques de la part de certains respon­sables locaux.

Efficacité du CVO

Sans le dire ouvertement, le président de la Républi­que a répondu hier à ses détracteurs, sur l’efficacité du Tambavy CVO contre le Covid-19. «Je vous dis que s’il n’y avait eu pas de CVO, aujourd’hui, nous comp­terions de nombreux décès, comme c’est le cas aux Etats-Unis, au Brésil et dans d’autres pays d’Amérique latine», a déclaré le chef de l’Etat. Et lui d’ajouter : «Re­mercions Dieu car en dépit des décès, nous ne sommes pas confrontés à des situations où il n’y a plus de cimetière». Sur sa lancée, le chef de l’Etat a invité la population à prendre le Tambavy pour renforcer les anticorps. A part les produits de première nécessité, le lot d’aide sociale est également composé d’un sachet de Tam­ba­vy CVO.

Ces temps-ci, en effet, avec la croissance des cas positifs, certains détracteurs du régime, notamment à travers les médias étrangers, ont remis en cause l’efficacité du remède traditionnel amélioré. La courbe corres­pond toutefois, selon les
observateurs avertis, à l’augmentation du nombre des personnes testées ainsi que la situation climatique. Et pour cause, les hautes terres centrales se trouvent depuis fin juin dans une période hivernale.

Rassurer

Lors de son intervention télévisée, le 12 juillet, le président avait déjà signifié que chaque individu est libre de prendre ou non le Tambavy CVO. «A l’instar de tous les médicaments, l’impact de ce remède n’est pas la même pour tout le monde (…). J’invite tout un chacun à respecter les doses prescrites durant la prise de ce remède», avait-il alors indiqué. A cette période, selon les informations fournies par le chef de l’Etat, 63 patients ont fait l’objet d’essais cliniques au Centre hospitalier d’Anosia­la, dont 51 patients ont reçu la gélule CVO+ et les 12 autres le Covid Organics. 60 patients ont été déclarés guéris par la suite.
Le déplacement du chef de l’Etat hier, s’inscrit dans le cadre de la distribution des aides sociales au niveau des six arrondissements de la capitale. A l’instar de ses deux précédentes sorties, à ce propos, le président a tenu à rassurer la population sur le fait qu’«Il ne devrait plus y avoir de népotisme dans la distribution des aides sociales». Et de réitérer que tous les foyers en difficulté, sans aucune exception, doivent en bénéficier. Et lui de rassurer : «Nous allons vaincre cette pandémie».

J.P

Lors de sa descente dans le district d’Atsimondrano, le président Andry Rajoelina et son épouse se sont rendus au stade Antanikatsaka Itaosy, dans le cadre de la distribution des aides «Sosialim-bahoaka» pour faire face aux difficultés engendrées par le Covid-19. 1.000 ménages issus de trois communes ont reçu leurs parts pour la première journée d’hier en l’occurrence, Bemasoandro, Andranonahoatra et Fiombonana. Après cela, 3.000 foyers par jour bénéficieront de ces aides, cela pendant les 15 prochains jours. Le chef de l’Etat a profité de l’occasion pour annoncer la réhabilitation du stade d’Antanikatsaka et la mise en place d’un terrain de football synthétique.

Les commentaires sont fermées.