Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Danse contemporaine : la Journée nationale de la femme au cœur d’une célébration

Danse contemporaine : la Journée nationale de la femme au cœur d’une célébration

Gaby Saranouffi, présente sa pièce chorégraphique intitulée « Moi » ce 9 août sur la plateforme digitale de l’Itrotra Art X Connection. 

Ce solo chorégraphi­que est dédié à la Journée nationale de la femme, célébrée ce 9 août, dans le but justement de participer activement à la lutte contre la maltraitance des femmes et en­fants, un problème de so­ciété récurent en Afrique du Sud et à Madagascar.
En amont de cet événement, une table ronde thématique sera organisée ce jour avec la participation de la chorégraphe Gladys Agulhas, de l’activiste Le­bogang Moemisi, du professeur de danse Lisa Wilson, des étudiantes de « The forgotten angle theatre collaborative » (Fatc) et bien évidemment, de la pionnière de la danse contemporaine malagasy, Gaby Saranouffi.
« La table ronde sera axée sur la violence basée sur le genre, à partir de la pièce cho­régraphique ‘‘Moi’’. Ac­tuel­lement, le monde entier est confronté à l’un des ennemis invisibles les plus meurtriers que nous avons connus jusqu’à présent dans notre vie, la pandémie de Covid-19, qui a provoqué une dévastation et un impact radical sur les moyens de subsistance au quotidien », a souligné la chorégraphe et non moins directrice artistique du Fes­tival international de danse contemporaine « I’trôtra » et de la Compagnie Vahi­nala, basée à Madagascar. Pour célébrer la gent féminine dans toute sa splendeur, une série de performances artistiques en ligne sera également à découvrir du 6 au 8 août.
En Afrique du Sud, le 9 août se tiendra la Fête na­tionale des femmes, à la mé­moire de la « Marche des femmes ». Cette manifestation s’est déroulée en 1956 devant les Union Buildings, le siège du Gouvernement à Pretoria durant lequel la Fédération des femmes sud-africaines avait rassemblé près de 20.000 personnes afin de protester contre l’imposition des lais­sez-passer dans les zones urbaines.

Joachin Michaël

Les commentaires sont fermées.