Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Secteur aérien et tourisme : le nouvel aéroport d’Ivato enfin prêt

Secteur aérien et tourisme : le nouvel aéroport d’Ivato enfin prêt

Tout est prêt. Dans un des bâtiments les plus importants de Madagascar, les employés n’ont plus qu’à s’asseoir derrière leurs ordinateurs ; les passagers à se présenter aux guichets ; les pilotes à poser leur zinc sur la piste. Les travaux du nouvel aéroport international d’Ivato, à Antananarivo, sont achevés. Le bâtiment flambant neuf pourrait fonctionner dès demain…. Mais le coronavirus et la fermeture des lignes aériennes depuis le 20 mars, notamment, jouent les troubles-fêtes. Les Nouvelles ont pu visiter le nouveau terminal en exclusivité. Reportage en images… en attendant l’ouverture officielle prévue cette année.

L’investissement total se monte à 220 millions d’euros, avec comme financiers, entre autres, la Banque mondiale (via IFC), l’AFD (via Proparco), et la banque de l’Opep. Le terminal occupe 17 500 mètres carrés, sans compter le tarmac. Les comptoirs d’enregistrement à bagages, à eux seuls, s’étendent sur 170 mètres de long, là où ceux de l’ancien aéroport ne prenaient que quelques dizaines de mètres.

Le concessionnaire et responsable des travaux se nomme Ravinala, un consortium formé par Meridiam (45 %), Aéroports de Paris (35 %), Bouygues (10 %) et Colas (10 %). Ravinala a placé l’objectif de croisière entre 1,5 et 1,8 millions de passagers par an… Mais c’était sans compter avec le coronavirus. “Nous devrions retrouver les chiffres de 2019 en 2024 au mieux”, estime Patrick Collard le directeur général du consortium qui gère déjà l’actuel aéroport d’Ivato et de Nosy Be depuis 2016.
L’Etat touche au minimum trois millions d’euros de redevances par an : le coronavirus et la chute totale de la fréquentation n’impactent pas ce revenu. De plus, l’Etat n’étant pas actionnaire de Ravinala, il n’est pas non plus touché par d’éventuels pertes ou retards dans le business plan initial.

Emre Sari

Les commentaires sont fermées.