Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Présidence de la Caf: Ahmad en consul­tation

Présidence de la Caf: Ahmad en  consul­tation

L’actuel président de la Confédération africaine de football (Caf) Ahmad va sonder la base avant de se lancer dans la course à la Présidence, en mars 2021.

A l’issue d’un premier mandat compliqué, le président de la Caf hésite à briguer un deuxième mandat, même si lors de sa dernière sortie médiatique, il a de nouveau affiché sa position sur le fait de se porter candidat à sa propre succession.

« Je continue de suivre les conseils de toutes les parties participantes du football africain. Une fois que c’est fait, je pourrai dire si j’y vais ou non », s’est-il exprimé sur les ondes de la BBC Sport Africa.
Cela démontre son manque de sérénité après un mandat ponctué par des affaires qui défrayent la chronique, le touchant directement ou indirectement. Et malgré l’absence d’une condamnation, le premier malagasy président de l’instance continentale du ballon rond ne fait plus l’unanimité au sein de l’électorat.

Un retournement de situation en sa faveur est-il possible ? En tout cas, au vu de ses faits et gestes, Ahmad soigne ses sorties. Une étape nécessaire pour séduire les électeurs déçus de sa gestion de la Caf.

« Je ne fais pas cette fonction par ambition personnelle. Je le fais beaucoup plus par motivation collective et actuellement, même si j’y pense un peu, je ne veux pas trop y penser », a-t-il précisé à l’endroit de ceux qui pensent le contraire.

Préparation du terrain

Face à la pandémie de Covid-19, la Caf a sorti le chéquier pour venir en aide aux fédérations nationales membres. « Nous faisons un effort pour stabiliser nos finances à la Caf, mais en même temps, nous aidons considérablement les fédérations. Nous avons décidé donner 300.000 dollars à chacune d’elles, ce qui implique un engagement énorme de la part de la Caf pour 16,2 millions de dollars, mais c’est une obligation. Nous devons investir pour pouvoir espérer augmenter les revenus futurs », a-t-il justifié.

Mais pour d’autres, cette démarche a un parfum de campagne avant la lettre. En effet, la Caf a eu un écho positif en soutenant les associations membres. Ce qui traduit par une amélioration de l’image de son président. « Je préfère mettre mon énergie dans les obligations auxquelles la Caf doit faire face ces jours-ci, qui sont très urgentes. Beaucoup de choses doivent arriver », a-t-il souligné.

Naisa

Les commentaires sont fermées.