Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Insécurité: une bande armée sème la terreur à Ambohijanaka

Insécurité: une bande armée sème la terreur à Ambohijanaka

Alors que le couvre-feu reste en vigueur, une série de vols en une nuit dont certains suivis de viols, c’est le triste constat enregistré à Ambohijanaka, ces derniers temps. 

La dernière localité ayant fait les frais de tels actes est le fokontany Soarano village Soavi­nan­driana, commune rurale Ambohijanaka. Selon les in­formations reçues, un gang armé composé de 8 éléments en serait l’auteur.
Vers 23 heures le 28 juillet, ils se sont introduits de force dans une maison où résidaient 2 familles faisant chambre à part. Dans celle où se trouve un jeune couple, ils ont pris tout ce qui était à portée de leurs mains, entre autres, des cellulaires et une certaine somme d’argent. Pire, 4 d’entre eux, des jeunes avoisinant les 14-15 ans, ont emmenée de force la jeune épouse âgée de 22 ans, pour ensuite la violer sous les yeux de son mari. Après quoi, les malfaiteurs sont passés à l’autre pièce où se trouvaient les parents du jeune couple.
Après ce premier «coup» qui aura duré une trentaine de minutes, les bandits se sont attaqués à une autre maison limitrophe, une épicerie pour être précis, appartenant à un couple paysan. Ils sont entrés de force dans le rez-de-chaussée et se sont mis à chercher l’argent des propriétaires, mais en vain. A défaut, ils se sont contentés de dérober des cigarettes et 3 poulets.
Loin d’être assouvis, les voleurs ont poursuivi leur action dans une 3e maison, là où les occupants se sont montrés récalcitrants. Mais 2 coups de feu ont suffi pour les mâter et dans leur
panique, les locataires se sont laissé faire. Au bout du compte, des fiches individuelles de bovidés ont été emportées, ainsi que des téléphones.
A souligner que les victimes des précédentes atta­ques ont pu alerter la gendarmerie et des éléments ont été envoyés par la suite pour ratisser dans les parages. Seulement, il s’est avéré que les limiers ont peiné pour répertorier les endroits où se sont déroulés les assauts cette nuit-là. Ce qui a permis aux assaillants de disparaître sans avoir été inquiétés….

Felana Michelle

Les commentaires sont fermées.