Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Construction des fly over : le début des travaux prévu cette année

Construction des fly over : le début des travaux prévu cette année

La construction de deux fly over à Anosizato et à Andohatapenaka fait partie des promesses présidentielles durant la campagne électorale de 2018. Ces projets débuteront cette année, comme le Conseil des ministres du 29 juillet l’a annoncé. 

Madagascar vient de bénéficier d’un fi­nancement de 20 millions de dollars de la part de la Banque arabe pour le développement en Afrique (Badea) pour concrétiser ce projet ambitieux. Il s’agit d’un prêt à taux concessionnel de 1% qui sera remboursé sur une période de 30 ans, d’après les précisions du Conseil des ministres. Par ailleurs, l’Etat malagasy pourrait bénéficier d’autres financements de la part de la Badea, selon les échanges effectués entre les deux parties.
«Les études techniques relatives à la construction des deux fly over ont déjà débuté, il y a plusieurs mois. L’appel d’offres pour le recrutement du bureau d’étude chargé du contrôle du projet a été déjà lancé. On lancera bientôt un appel à manifestation d’intérêt à l’endroit des entreprises pour la réalisation des travaux», a fait savoir le ministère de l’Aménagement et des travaux publics (MATP), le premier responsable de ce projet. Notons que l’Etat financera le début des travaux avec les ressources internes.
Modernisation

Selon les explications du MATP, les travaux prévus à Anosizato porteront sur la construction d’un échangeur système Fly Over, la construction de la route ainsi que l’élargissement et le renforcement du pont. En outre, la route reliant les deux fly over, depuis Ankadimba­hoaka en passant par Ano­sizato et Ampasika jusqu’ Andohatapenaka du côté de Kianja Maki, là où se trouvera le second fly over, sera également modernisée.
Le MATP annonce par ailleurs que la construction de ces infrastructures routières nécessitera une expropriation de terrains et d’habitats. Néanmoins, les travaux débuteront d’abord sur les parties où l’on peut éviter les expropriations.
La construction de ces infrastructures routières vise essentiellement à désengorger la circulation du côté d’Atsimondrano où près de 600.000 habitants se rendent chaque jour dans le centre-ville pour travailler. Et, ce chiffre doublera d’ici 1 à 10 ans selon les estimations des experts.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.