Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique: Bataille des chiffres

À moins d’erreur toujours possible, de façon accidentelle ou relevant d’une intention délibérée, les chiffres rapportent une réalité parfois partielle à d’autres fois globale. Si en général on ne discute pas de l’exactitude des chiffres, la vérité que l’on en interprète prête à d’âpres batailles. Dans cet exercice il est des techniques à savoir faire mentir les chiffres. Dans le pays comme dans nombreux autres, en considération du trouble émotionnel provoqué par l’apparition-surprise de la pandémie et à défaut de temps pour avoir pleine connaissance des ca­ractéristiques de la bête et pour mettre au point une panoplie scientifique de la manière de s’en prémunir et d’en guérir, on rivalise à effectuer des recherches médicales dans ce dessein, tout à la fois que l’on tente de cerner la propagation et les conséquence par de savants calculs à partir de multiples chiffres recueillis. Soit disant au nom de la transparence on publie un certain nombre de chiffres qui plus qu’à éclairer la perception de la réalité dispersent un épais brouillard autant source de prétexte pour un relâchement irresponsable, qu’argument de dramatisation par une autre partie. Si le franchissement du seuil des 10.000 personnes testées positives et de celui des 100 décès provoquent frayeur et donnent indication sur une propagation alarmante, ces chiffres ne suffisent pas à révéler une exactitude de la situation. Au moment où le nombre de contaminés a sauté de quelques dizaines moyenne/jour à quelques centaines, on a omis de publier le chiffre des tests effectués dont le nombre a décuplé d’autant. Mais lors même que l’on disposerait de ces chiffres, on ne saurait calculer le taux de prévalence, puisque la liste des personnes à tester ne répond pas à un souci d’échantillonnage pour établir des statistiques, les tests ont pour principal objectif de confirmer ou infirmer le cas chez des individus suspectés d’être porteurs en raison des symptômes qui se ma­nifestent, pour faire une priorité de les soigner et de les isoler afin qu’ils ne répandent pas l’infection. Ces considérations conduisent à relativiser la signification des chiffres, ce qui favorise le doute, et lorsque le doute trouve justification, les rumeurs prennent le relais. Les rumeurs alarmistes murmurent des chiffres parfois délirants, sûrement que le virus a infecté un bon nombre de personnes, et si plusieurs étant asymptômes, peuvent ne même pas en être suspectés il en est d’autres, quoique malades de la covid échappent au système de soins et sûrement d’autres encore en en sont victimes sans en avoir été reconnues. L’essor des activités enregistré par l’un des rares secteurs qui tirent profit de la situation, la branche funéraire, (fabri­que de cercueil et entreprise organisatrice de funérailles), constitue des si­gnes attestant une base de réalité à ces racontars qui en amplifient le volume.
Léo Raz

Les commentaires sont fermées.