Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Le retour de l’homo politicus

Le retour de l’homo politicus

La scène politique nationale a enregistré une réapparition des réflexes primitifs depuis quelques semaines.
La résurrection de l’instinct de chasseur préhistorique de certaines entités politiques vient de surprendre les contribuables. Ceux-ci se sont attendus, en effet, à plus de maturité de ceux qui n’ont cessé de dénigrer le régime en place qu’ils ont qualifié de tous les noms. Grande fut alors leur déception en les entendant souhaiter la dissolution du gouvernement, voire l’abdication du chef de l’Etat, pour des moindres raisons. L’objectif inavoué de toutes les démarches oiseuses engagées laisse toutefois transparaître une nostalgie du pouvoir doublée de rapacité politique mettant en lice des politiciens qui ne l’ont jamais été que de nom. La grande majorité des revendicateurs n’a participé à aucune élection en tant que parti, mais se contente toujours de rester à l’affût des occasions créées par la coalition des perdants pour en récupérer les miettes d’ailleurs.
Le cas présent tirant l’évolution de la situation politique du pays vers l’ère de l’homo sapiens par ces instincts de chasseurs innés ne présage rien de bon pour le développement en ce troisième millénaire naissant. Les opposants, adoptant des pratiques dignes de l’âge de la pierre, se sont confinés hors du temps présent en conservant telle primitivité originelle pour acquérir ce dont ils ont besoin.
Le développement n’est que la transposition de la vision de celui qui le conçoit, affirment les analystes conseillant une option politique aux citoyens.

Manou

Les commentaires sont fermées.