Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Approvisionnement : les autorités se préparent à la période de soudure

Approvisionnement : les autorités se préparent à la période de soudure

La perturbation du marché international risque d’avoir des conséquences sur l’approvisionnement en riz du marché local. Les autorités prennent actuellement plusieurs mesures pour assurer la disponibilité des stocks. 

Le Conseil des ministres du 23 juillet a annoncé que la société State procurement of Madagascar (SPM) compte importer 16.000 tonnes de riz pour approvisionner le marché local. En collaboration avec la banque Société Générale Ma­dagasikara, elle déploiera pour cette opération un fonds de 5,3 millions de dollars qui permettra d’acheter le riz im­porté à 345 dollars la tonne.
La crise de la Covid-19 a également perturbé le secteur agricole à Madagascar. Le Plan d’urgence multisectoriel (PMDU) indique que Mada­gascar reste encore vulnérable au dérèglement de la logistique et de la distribution à l’échelle internationale. « C’est pourquoi il y a un risque réel de pénurie de riz vers la fin de l’année 2020 et pour la prochaine période de soudure si aucune mesure urgente prioritaire n’est mise en œuvre », peut-on lire dans le document. Selon les estimations, le gap prévisionnel est estimé à 200.000 tonnes de riz blanc au minimum pour cette année.

Relance de la deuxième campagne agricole
Pour prévenir une rupture de stock sur le marché, l’Etat compte également assurer la relance de la deuxième campagne rizicole pour un objectif de la production nationale en octroyant 5.000 tonnes de semences à haute performance financées à 85% et 500 tonnes d’engrais minéraux financées à 50% aux paysans des périmètres ciblés, à savoir à Anala­man­ga, Antsinanana, Boeny, Betsiboka, Atsimo Andrefa­na, Menabe et Melaky.
Sur le marché local, le prix du riz reste stable en dépit d’une légère hausse du prix du riz importé. Le kilo du riz local varie actuellement entre 1900 ariary et 2000 ariary dans la capitale alors que le riz importé peut atteindre les 2.200 ariary le kilo. A ce propos, Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, a déjà noté un ralentissement des importations de riz en juin. Ce qui ne devrait pas pour autant perturber l’approvisionnement, note son département qui précise que rien qu’à Ano­sibe, 100 tonnes de riz local approvisionnent quotidiennement ce marché.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.