Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique: En sortant de l’école…

95.7%. C’est le taux de réussite au baccalauréat en France en 2020. Il faut traduire ce taux de réussite exceptionnel par 35.000 étudiants supplémentaires à la rentrée de septembre 2020. C’est un véritable casse-tête pour les universités qui doivent imaginer une organisation nouvelle, entre présentiel (ce vilain mot qui s’est imposé avec le confinement) et visioconférences. Ce modèle hybride n’est pas très convaincant. Les enseignants rappellent que le nombre d’étudiants décrocheurs a augmenté depuis le confinement. La rentrée 2020, si elle a lieu, sera complexe en France.
Ce n’est pas notre prob­lème, me direz-vous. Vous n’avez pas tort. A ceci près qu’un certain nombre d’élèves malagasy scolarisés à Madagas­car dans ce que nous appelons le système français sont inscrits pour une rentrée prévue, à Ma­dagascar, le 1er septembre 2020. Ces mêmes élèves ont terminé l’année scolaire 2019-2020 de façon chaoti­que sans doute, mais ils l’ont terminée.
On se souvient peut-être des arguments phare des autorités pour justifier le retour à un calendrier con­forme au rythme scolaire
de l’hémisphère nord : si des bacheliers de Madagascar doivent entrer à l’université en Europe, ils doivent être prêts à s’y présenter en septembre. Par ailleurs, pour eux comme pour les autres, c’est en juillet ou en août qu’on pratique les exhumations et les circoncisions. CQFD.
La pandémie de Covid-19 aura eu raison de ces revirements discutables.
L’année scolaire 2019-2020 s’est évanouie dans les frimas de l’automne. Les bacheliers 2019 (42,75% de réussite) entreront à l’Uni­ver­sité au mieux en octobre 2020, c’est-à-dire pendant les épreuves du baccalauréat 2020 et six mois avant la rentrée casse-tête de mars 2021. Quant
aux élèves des honteusement nommées classes intermédiaires, ils ne comptent pas. On ne connaît pas le nombre de décrocheurs qui ne reprendront plus le chemin de l’école ou de l’Université. On sait seulement qu’il sera beaucoup plus élevé que les an­nées précédentes.

Kemba Ranavela

Les commentaires sont fermées.