Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Confinement : les forces de l’ordre serrent la vis

Confinement : les forces de l’ordre serrent la vis

Les premières 48 heures du confinement se sont déroulées sans incident majeur à Antananarivo. Le couvre-feu a été respecté et les forces de l’ordre comptent renforcer les contrôles. En même temps, les sanctions à l’encontre des récalcitrants restent en vigueur. 88 personnes ont été soumises aux travaux d’intérêt général et 25 commerçants réprimandés.

La non-délivrance d’autorisation spéciale pour les véhicules fait son effet. La plupart des Ta­na­na­riviens ont respecté le couvre-feu imposé dès le premier jour de confinement total. 85% de la population se sont conformés aux dispositifs, selon le chef d’Etat-major des armées (Cema), le général Jean-Claude Rabenaivo­ari­velo, hier.
Joint au téléphone, il a fait savoir que peu, voire au­cun conducteur ou citoyen n’a été interpellé pour in­fraction au niveau des quel­ques barrages routiers de la capitale à ce jour. «Compte tenu de nos expériences antérieures, une certaine amélioration a été constatée, relative au respect des dispositifs liés au confinement, que ce soit pendant la journée ou durant la nuit», a précisé le général Jean-Claude Rabenaivoarivelo.
A l’entendre, des éléments mixtes issus de l’Armée malagasy, de la Gendarmerie et de la Police nationales renforcent ces barrages visant à faire respecter le couvre-feu. Rien que pour l’Armée, des centaines d’éléments sont venus en renfort des policiers et gendarmes, au niveau des quelques points de contrôle à Antananarivo.

Appui aérien

Durant le jour, au moins 500 éléments issus du Bataillon multi-missionnaire (BMM) de l’Armée sont déployés dans la ville et ses périphéries depuis le début du confinement. Ces militaires ont comme principale mission la sensibilisation des citoyens au respect des consignes en vigueur, comme l’interdiction des manifestations et des attroupements.
A partir de midi, un hélicoptère des Forces armées survolera régulièrement la capitale pour détecter d’éventuels regroupements de personnes. Ainsi, après des contrôles aériens dans des quartiers comme Alasora, Ambohimanarina et Itaosy, plusieurs individus ne se confinent pas au-delà des heures autorisées.

Il y a toujours des récalcitrants

Malgré la détermination de l’Etat à faire respecter les mesures de confinement, des indisciplinés continuent toujours à braver les interdits. Des descentes menées par des éléments de la Police nationale aux environs des quartiers des 67ha ou Antohomadinika ont permis d’interpeller 88 individus, lesquels ont été condamnés aux travaux d’intérêt général (TIG). Dans le même registre, 25 commerçants qui ont encore ouvert au delà de l’heure autorisée, ont été sanctionnés.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.