Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Association Gasiko : l’identité nationale au cœur d’un débat

Association Gasiko : l’identité nationale au cœur d’un débat

L’association Gasiko lance le premier numéro de «Isika samy isika», une émission en ligne qui a rassemblé six jeunes dans leur domaine respectif.
Dans un contexte où une initiative pour rebaptiser des mo­numents et infrastructures portant les noms de personnalités étrangères sur l’ensemble du territoire national prend forme, l’association Gasiko. Celle-ci propose des réflexions plus pro­fon­des sur l’identité nationale, sous forme de conférences-débats.
«Isika samy isika» se veut être une plateforme de discussion qui parle d’un sujet trop peu abordé dans la société. Pour cette première édition en collaboration avec Book News Madagascar et le cabinet Profiler, la question «C’est quoi l’identité malaga­sy ?» a ouvert la discussion.
«Je suis Malagasy par mon sang, mes ancêtres et ma langue. Ceci étant, je suis également un citoyen malagasy conscient de ne pas connaître toutes les facettes de ma propre culture, conscient de la fragilité de la liberté dans laquelle vit mon pays», argumente Faniry Rakotoniaina, producteur dans le milieu du 4e art.
Pour Sahondra Ranomenjanahary, actrice de feuilleton ra­diopho­nique, Madagascar figure parmi les pays les plus riches en matière de diversité culturelle. Elle pense toutefois qu’il serait difficile de faire de cette différence une force s’il y a encore différentes formes de clivages. «Imaginons comment ce serait captivant à première vue, de contempler toutes les infrastructures à Analakely, bâties de la même manière», a-t-elle renchéri.
L’occasion aussi de casser les stéréotypes liés aux variantes régionales. «Le terme ‘’Ndaty’’ est bien souvent associé à l’ethnie ‘’Antandroy’’ mais de manière plus précise, ce mot fait référence à un être humain tout comme vous et moi, en dialectes du Sud», a expliqué Mahafaly Ralahinantenaina, ingénieur en BTP.

Joachin Michaël

Les commentaires sont fermées.