Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Reconfinement total à Analamanga: déploiement de 500 militaires

Reconfinement total à Analamanga: déploiement de 500 militaires

Face à la montée en flèche du nombre de cas positifs au Covid-19, le gouvernement a décidé de prendre les taureaux par les cornes. La région Analamanga sera de nouveau placée en reconfinement à partir de ce jour, et l’armée sera déployée pour faire respecter les mesures adoptées.

Aux grands maux les grands remèdes. L’ur­gence sanitaire prend une nouvelle tournure. Lors du conseil des ministres tenu samedi, le gouvernement a décidé de mettre la région Analamanga en confinement total afin de faire face à l’explosion du nombre des personnes testées «positif» au Covid-19. Cette disposition prend effet dès aujourd’hui jusqu’au 20 juillet et sera accompagnée d’un renforcement de mesures d’urgence sanitaire plus strictes.
Par conséquent, le gouvernement a décidé de dé­ployer 500 militaires pour faire respecter au pied de la lettre toutes les dispositions prises, notamment les gestes barrières. Une centaine d’éléments du bataillon multi-missions d’Imerintsiatosika sont ainsi déployés depuis hier, dans les six arrondissements de la capitale.
Selon les explications du chef d’Etat-major des armées, le général Jean-Claude Rabe­naivoarivelo, les Ier et Ve arrondissements seront priorisés du fait que ces localités figurent parmi les zones rouges. Pour autant, ces éléments seront aussi en première ligne pour encadrer et sensibiliser la population par rapport aux mesures adoptées par l’Etat.

Halte au laxisme

« En dépit des actions de sensibilisation, nous avons en­core répertorié 31.185 personnes qui ont été soumises à des travaux d’intérêt général, sanctionnées pour ne pas avoir res­pecté les consignes sanitaires. Désormais, nous allons prendre notre responsabilité », a signalé le secrétaire d’Etat à la gendarmerie, le général Richard Ravalomanana, lors de son intervention sur la chaîne nationale hier, soir.
Les éléments des forces de l’ordre seront ainsi intraitables à l’encontre de toute personne faisant preuve de laxisme. Selon les explications de la ministre de la Com­munication et de la culture, Lalatiana Rakotondrazafy, cette stratégie de riposte vise à réduire le nombre des personnes infectées.
Quoi qu’il en soit, tout dé­placement à l’intérieur et en dehors d’Analamanga sera encadré à partir d’aujourd’hui. D’autant que, selon toujours les décisions prises lors du dernier conseil des ministres, l’entrée comme la sortie reste interdite. Les trans­ports publics sont à l’arrêt, tout comme les autres catégories professionnelles. Les établissements scolaires doivent également fermer et le rassemblement même moins de 50 personnes n’est plus autorisé.
Du reste, comme il est stipulé dans l’article 7 de la loi n° 91-011 du 18 juillet 199 relative à la situation d’exception, certains services sont considérés comme ré­quisitionnés, tels que le ravitaillement, l’eau et énergie, le service de santé et hôpitaux, les vétérinaires, les transports, les postes et télécommunications, la radiodiffusion et télévision, les établissements bancaires, les services rattachés aux institutions ainsi que les ministères de souveraineté.

J.P

Les commentaires sont fermées.