Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Suspicion de Covid-19: les députés passent au test de dépistage

Suspicion de Covid-19: les députés passent au test de dépistage

Jusqu’à preuve du contraire, un député élu  à Vohipeno est suspecté de porter le virus. En attendant les résultats du test, les élus de la Chambre basse se sont fait dépister hier, à Ivato. Le coronavirus est-il en train d’atteindre le sommet de l’Etat ? 

Suspicion.  Alors qu’il se trouve dans sa circonscription électorale, après avoir séjourné dans la capitale à l’occasion de la session parlementaire en cours actuel­lement, l’élu de Vohi­peno a avoué hier qu’il ne se sent pas bien. Sur sa page Facebook, il a signalé qu’il a déjà effectué un test mais les résultats sont encore en attente.
« Les résultats du test ne sont pas encore disponibles mais je ne vais pas bien et je me sens fatigué. Je reçois aujourd’hui les soins nécessaires mais je fais appel à tout le monde car cette maladie existe réellement et ne choisit personne», a-t-il posté.
Quoi qu’il en soit, les députés ont pris les devants, hier, en désinfectant leurs locaux au Centre de conférence international (CCI) à Ivato et en effectuant des tests PCR.  Une information confirmée par le vice-président de l’Assemblée nationale, Lalao Rahantanirina.
« Effectivement, ceux qui ont pu le faire aujourd’hui (à lire hier) l’ont fait, tandis que les autres attendront demain (ce jour). Il s’agit d’une procédure normale », a-t-elle déclaré pour tempérer. Elle ajoute par ailleurs que les travaux à l’Assemblée nationale se poursuivent jusqu’à la fin de la session parlementaire, prévue pour demain.

Conseil des ministres virtuel
Ces derniers temps, face à la propagation du Covid-19 dans la capitale, chaque administration a choisi de limiter l’accueil des usagers pour réduire au minimum les risques. Plusieurs entités, à l’instar du ministère des Affaires étrangères et de la Commune urbaine d’Antana­narivo, ont également pris les mesures nécessaires, telles que la désinfection des  lieux de travail.
« Cette pandémie fait maintenant partie de notre quotidien, soyons solidaires et responsables », avait indiqué le maire de la capitale en annonçant le décès de l’un des agents de la CUA, mercredi. C’est d’ail­leurs dans ce même registre que l’Exécutif a choisi d’adopter les réunions en ligne, comme c’est le cas lors du conseil des ministres de mercredi. Une première dans les annales de l’histoire de la République malagasy.

J.P

Les commentaires sont fermées.