Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Jirama: plus de 632 millions d’ariary de pertes liées aux « vols »

Jirama: plus de 632 millions d’ariary de pertes liées aux « vols »

Depuis janvier  jusqu’à mai, le manque à gagner de la Jirama s’élève à 282.775.072 ariary pour l’électricité et 349.191.181 ariary pour l’eau. Ces pertes sont généralement liées à des « vols », dont des branchements clandestins.

La Jirama procède de­puis quelques années à des opérations de ratissage afin de lutter contre les pratiques frauduleuses au niveau du secteur eau et électricité dans tout Mada­gascar. Un décret ministériel adopté en 2016, qualifie ces pratiques frauduleuses de «délits» passibles de poursuites judiciaires.

Cette société d’Etat enregistre chaque année des mil­liards d’ariary de pertes liées aux «vols» d’eau et d’électricité. Et depuis le début de l’année jusqu’au mois de mai, ces pertes se chiffrent à plus de 632 millions d’ariary.

«Entre janvier et mai, 506 visites ont été effectuées. 167 irrégularités ont été constatées, à savoir 109 cas de fraudes et 58 cas de vols. Le man­que à gagner de la Jirama du­rant cette période s’élève à 282.775.072 ariary, rien que pour l’électricité. Concernant l’Eau, 972 visites ont été effec­tuées et 362 anomalies sont constatées, engendrant une perte de 349.191.181 ariary», a indiqué hier la Jirama.
Des branchements clandestins

Habituellement, ce sont des propriétaires de «Karao­ké», des hôteliers, des restaurateurs, des usines de taille moyenne, des entrepreneurs et des promoteurs immobiliers qui ont recours à ce genre de pratiques frauduleuses. Mais, la compagnie d’eau et d’électricité relève également de nom­breux cas de vols commis par les particuliers.

Dernièrement, la Jirama a révélé deux cas de branchement clandestin. «Le premier à Marohoho Tsimba­zaza est un branchement clandestin d’eau. Le second démasqué à Ambohimitsinjo Antsiranana est un branchement en électricité parasite sur 17 autres ménages», in­dique la société. Selon elle, «Les dirigeants de la Jirama réitèrent leur appel à la collaboration de tous afin de dénoncer toute malversation. On peut dénoncer en gardant l’anonymat. Le plaignant peut appeler le numéro vert 35 47, ou envoyer un message privé à la page Facebook Jirama Ofisialy ou auprès des autorités. Les dirigeants de la Jirama ne feront preuve d’aucune tolérance envers les auteurs de malversations qui engendrent des pertes énormes à la société».

Tout ceci pour dire que la compagnie nationale d’eau et d’électricité est et demeure un véritable gouffre financier pour l’État malagasy, comme l’ont d’ores et déjà avancé des récentes études de la Banque mondiale. Pour retrouver l’équilibre, en plus leur lutte contre les pertes techniques et le vol, les autorités devront mettre à contribution chaque acteur de la chaîne de production, d’approvisionnement mais aussi de consommation.

Arh.

Les commentaires sont fermées.