Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Non-respect des dispositifs sanitaires: 86 chauffeurs placés en garde à vue 43 taxi-be mis en fourrière

Non-respect des dispositifs sanitaires: 86 chauffeurs placés en garde à vue  43 taxi-be mis en fourrière

Pour freiner la propagation du coronavirus, les sanctions n’ont pas tardé pour les récalcitrants et les indisciplinés qui passent outre les dispositifs sanitaires. Des chauffeurs et aides-chauffeurs ainsi que de simples citoyens qui mettent en danger la vie d’autrui en snobant les mesures sanitaires ont été réprimandés. Et, les responsables n’ont pas fait dans la demi-mesure. 

Les forces de l’ordre ne badinent pas pour faire respecter les mesures imposées par l’état d’urgence sanitaire. L’heure n’est plus au relâchement. Et, le Premier ministre Christian Ntsay l’a fait savoir dimanche, sur la chaîne nationale. Dès le lendemain, la chasse aux indisciplinés bat son plein.

86 chauffeurs et receveurs placé en garde à vue
Malgré l’appel du Premier ministre au respect des barrières sanitaires comme le port du masque, l’utilisation du gel désinfectant dans le transport public… 86 chauffeurs et aides-chauffeurs de taxi-be qui ont fait la sourde oreille ont été mis au violon et soumis aux Travaux d’intérêt général (TIG) hier, dès le début de la matinée, de source auprès du coordonnateur du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19, le général Elack Olivier Andriankaja. Il a souligné que l’opération sera renforcée afin d’arrêter la propagation du coronavirus.
En fait, ces chauffeurs et aides-chauffeurs ont été pris en flagrant délit d’infractions multiples comme le non-port du masque, la surcharge de passagers et la non-utilisation de gels désinfectants dans leurs véhicules, mais il y avait aussi le transport clandestin.

43 taxi-be mis en fourrière
Ces chauffeurs et aides-chauffeurs de taxi-be ainsi que de simples automobilistes réfractaires ont été sanctionnés et leurs véhicules ont également été mis en fourrière pendant 10 jours. En tout, 43 véhicules composés de 34 taxi-be, de 9 voitures personnelles et de 2 motos ont été sanctionnés. Dans la foulée, au moins 173 personnes «sans masques» ont été démasquées et soumises aux TIG dans la capitale.
«Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de l’application du décret sur l’état d’exception. Comme le prévoit la loi, le non-respect de ce décret, qui ne date pas d’hier, est passible d’arrestation et de détention», a indiqué le commandant de groupement de la Gendarmerie nationale Analamanga, le lieutenant-colonel Anicet Randrianarivelo.
Le coordonnateur général du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19, le général Elack Andriankaja, pour sa part, a souligné que des semaines de sensibilisation ont déjà précédé ces mesures de saction. «Durant plus de trois mois, nous avons tous fait pour sensibiliser les citoyens à respecter les dispositifs sanitaires. Si ces consignes sanitaires ont été suivies à la lettre, nous ne seront pas obligés d’appliquer maintenant des mesures draconiennes pour les faire respecter», a-t-il déclaré.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.