Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Maurice Auguste Benyowsky

Mémoire concernant l’expédition à Madagascar (1)

 

Préliminaires

Comme le succès de toute entreprise éloignée qui a pour but l’établissement d’une colonie européenne dépend toujours des ordres précis et des instructions, autant que des préparatifs et des sages mesures prises d’après une connaissance profonde du pays et proportionnées aux avantages que l’on espère retirer, je crois qu’il n’est pas inutile de donner le détail des circonstances qui ont précédé mon arrivée en cette île ; circonstances qui prouvent que, malgré la faiblesse des secours qui m’ont été fournis j’ai réussi à faire des traités d’alliance avec la plupart des peuples de cette île spacieuse, et que si je n’eusse été, comme je puis le dire, totalement abandonné par le ministre, à qui il faut attribuer les maux, les maladies et la mortalité auxquels moi et mes compagnons avons été exposés, l’île de Madagascar, liée aujourd’hui par un traité avec la France, aurait formé une puissance capable de soutenir ses colonies des îles de France et de Bourbon, et de défendre ses établissements dans l’Inde ; elle eût en même temps assuré au royaume de nouvelles branches de commerce qui auraient rapporté des sommes immenses au trésor royal.

Pour présenter d’une manière plus claire les différents obstacles que j’ai éprouvés depuis mon arrivée dans cette île, et pour développer les événements qui, par des révolutions soudaines, m’ont procuré les moyens propres à former cet établissement, je vais donner le détail des dispositions originales faites par le ministre, et sur lesquelles je reçus ordre de régler mes opérations.

Le 15 de septembre 1772, M. de Boynes, secrétaire d’État au département de la Marine, me fit part de l’intention qu’avait Sa Majesté de faire une entreprise considérable pour l’île de Madagascar, et de confier cette expédition à mes soins. En conséquence, il m’invita à prendre les mesures les plus promptes et les plus sages pour assurer l’exécution de cette importante et honorable entreprise.

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.