Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Défi…lé

Défi…lé

Inédite. Une grande première depuis 60 ans d’Indépen­dance. Et, à graver même dans les annales de l’histoire, vu la circonstance. Le 26 juin 2020 a été célébré sur fond de lutte contre le coronavirus. L’ambiance n’y était pas, comme dans une atmosphère de deuil. Seuls reflets de la nuit de 25 juin d’habitude euphorique et en liesse partout dans le pays, des pétards qui ont retenti de loin et quelques personnes avec lampions dans les rues. La ruée vers Anosy pour assister aux feux d’artifice, le rendez-vous festif d’Analakely… font maintenant partie du passé. Une fois encore, en l’espace de quelques mois, le coronavirus a réussi à jouer les trouble-fêtes.
Le 26 juin a été symbolique, mais la célébration, notamment le défilé militaire restreint sur l’avenue de l’Indépendance, a affiché cette identité forte d’un pays indépendant. Malgré l’impact socioéconomique de la crise sanitaire et cette lutte acharnée contre le coronavirus, Madagascar, un pays souverain, se dresse et veut aller de l’avant. Le coronavirus persiste, mais il ne devait pas remettre en cause les projets de développement déjà mis en œuvre. Même le pas cadencé des militaires lors du défi reflète cette volonté de se projeter vers l’avenir.
Certes, les Malagasy n’ont pas fêté comme il se doit les 60 ans du retour de leur Indépendance, mais « cela ne veut pas dire que le coronavirus est arrivé à ébranler notre indépendance et souveraineté », a souligné un homme fier d’être Malagasy dans un bus. La guerre n’est pas finie et risque de faire d’autres victimes. L’ennemi n’est plus celui qui vous fait face. Il rode maintenant partout et prêt à bondir. Cette célébration qui ne se ressemble pas aux autres, devait être une occasion pour tous les citoyens de faire honneur à leur pays et de relever ensemble le défi de venir à bout de l’épidémie. Car, on est condamné à vaincre.

RA

Les commentaires sont fermées.