Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Sept années d’Histoire

 

Il y a un peu plus de sept ans naissait cette chronique. Le premier sujet abordé dans la presse coloniale d’il y a 100 ans était la culture du riz. Il en était à nouveau question la semaine dernière, avec l’installation d’une commission bien nécessaire pour réguler la production et la commercialisation d’un aliment de base qui n’a pas fini, aujourd’hui encore, de nous préoccuper.

Dans les 2136 extraits de journaux qui ont suivi, bien d’autres thèmes ont succédé à celui-là, traversés par quelques grandes convulsions parmi lesquelles la Grande Guerre a touché le monde entier et le complot puis le procès du V. V. S. ont remis en question le pouvoir français à Madagascar. La déforestation via la pratique du tavy, les hauts et les bas du cours du graphite, les questions de main-d’œuvre (que le colon espère toujours plus nombreuse et toujours moins coûteuse), les faits divers cocasses ou sanglants… L’actualité, autrefois comme aujourd’hui, est un kaléidoscope toujours en mouvement qui concentre le regard, un bref instant, sur un point puis sur un autre, à peine le temps de raconter un événement qu’il est balayé par celui qui suit. C’est la loi du genre, elle est immuable…

Mais, si l’on a bien lu les commentaires parus dans la presse d’alors, on aura peut-être été surpris des nombreux échos qu’ils font encore entendre dans notre présent. Certes, le monde a changé. Mais ce n’est pas une erreur d’en considérer quelques fondamentaux comme solidement installés dans le réel ou dans l’imaginaire collectif.

Ce regard jeté sur le passé n’était pas neutre. Nous le disions, et les journaux utilisés pour cette longue revue de presse étaient cités chaque fois pour le rappeler, ces articles étaient rédigés, presque tous, par des partisans de la colonisation, cherchant à améliorer la vie des Français à Madagascar – celle des Malgaches ou, comme cela s’est souvent écrit, des « indigènes », étant plutôt, dans l’esprit des rédacteurs, une variable d’ajustement.

Aujourd’hui, à la veille du 60e anniversaire de l’Indépendance, il est temps de clore le chapitre de la colonisation. Et d’envisager notre « Grande Île » sous d’autres angles. Rendez-vous dès ce samedi.

Pierre Maury.

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.