Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Débrouille-toi, mon pauvre Jacques

 

Du Sémaphore :

Au moment des plus délicats que nous traversons, quand la Métropole demande aux colons, seuls producteurs, de produire, c’est-à-dire de travailler davantage pour arriver simplement à « étaler » devant les difficultés actuelles écrasantes, notre Administration se plaît à faire tout le contraire de son devoir, qui est de les aider et non pasde les entraver.

Brimades des corps ayant à peine un semblant de constitution, suppression du droit d’élections, légalement accordé il y a sept ans, augmentation de tous les impôts dans des proportions effarantes, taxes nouvelles sans raison connue, prohibition d’exportation, etc., etc., c’est ainsi que cette Administration estime nous secourir dans notre lutte pour la vie, qui est cependant aussi pour la sienne qui en dépend.

On double le salaire des fonctionnaires quand le cours du change double et triple celui de la vie. À toi, Jacques Bonhomme, de sextupler ta peine pour arriver à vivre et principalement à faire vivre tes nouveaux maîtres.

Débrouille-toi, ta peine est le fonds qui manque le moins, et, si tu exagères, prends garde aux lois sur les bénéfices illicites qui n’existent pas pour les traitements illicites.

Surtout, mon pauvre Jacques, ne compte pas sur l’aide de ceux que tu paies pour cela ; ce serait œuvre de vilain ; non, tu ne dois point te conduire en manant, tu dois, au contraire, accepter avec le sourire les impôts et entraves dont les nouveaux seigneurs jugent à propos de t’accabler, même par des moyens illégaux et, si tu n’es pas content… f… le camp ; les passages pour ta Patrie sont à si bon marché !

La Tribune de Madagascar

Les vœux des Majungais

Les habitants de Majunga viennent de toucher un nouveau maire à qui ils ont présenté leurs vœux et leurs désirs, lesquels se peuvent résumer ainsi : de l’eau, de la lumière et des arbres aussi. Enfin l’administrateur-maire sera le père et la mère de la cité s’il délivre Majunga des chiens enragés et des collecteurs de gabelle.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.