Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Même plus peur

Même plus peur

Ne dites pas que ces gens ont égaré la peur comme on s’égare quand on perd le nord. La boule au ventre à la fois le ventre creux, dépasser la peur leur a fallu du cœur vissé au ventre et valu de s’en remettre au docteur Coué. Pas facile en plein désarroi de s’évertuer chacun à croire en sa bonne étoile, qu’au pire l’infection s’abatte chez les voisins, épargnant sa petite tribu et soi, en sorte que le sort permette de traverser ce sale temps en passant entre les gouttes. Las ! Ventre creux n’a pas d’oreille, poussant à faire n’importe quoi. Ces jours-ci les n’importe quoi se font denrées rares. A défaut de pouvoir saisir autre chose les affamés s’agitent à courir derrière un mirage. Miracle que la disparition du virus dans un tel schéma ? Plutôt un scénario favorable à une propagation ?
Pauvreté galopante oblige, l’indiscipline se fait inéluctable et les répercussions inévitables, générant des difficultés supplémentaires : entre secourir pléthore de démunis, sauvegarder mille et une activités de tous genres, contenir la progression de la pandémie, les problèmes se font légion. Faire l’équilibre de tels impératifs exerçant forces contraires relève d’une gageure. La tournure des choses alarme et invite à davantage de rigueur. Nonobstant, considérés dans l’absolu les chiffres ne vouent pas uniquement au pessimisme, laissant entrevoir un brin d’espoir sous réserve d’un sévère coup de barre pour rectifier les équilibres.
En dépit de la gravité, les actes de déstabilisation foisonnent à dessein de pousser à la faute les dirigeants, caressant le fol espoir de bouter ceux-ci de leur fonction. Hors crise, nuisance à la conformité du fonctionnement de l’état aux principes de la république, en période d’exception tel l’état d’urgence, action qualifiable de haute trahison ! De si vite engager des poursuites contre les meneurs dissiperait efforts et attentions voués en exclusivité à la recherche de solutions pour déjouer pièges et écueils. Les traîtres ne perdent rien pour attendre, aggravant leur cas en lançant une promesse à effet boomerang : dès l’après coronavirus les gouvernants auront à répondre de leur gestion. Sûr que oui ! Toutefois le peuple sera leur seul juge et à l’occasion d’élection. Effet rétro, on imagine les fauteurs de trouble sur le banc des accusés ayant à répondre d’infamie devant la justice.

Léon Razafitrimo

Les commentaires sont fermées.