Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Une indépendance se fête

Une indépendance se fête

Les fêtes de l’Indépendance se préparent malgré la situation d’urgence sanitaire actuelle. Cette euphorie prouve l’esprit patriotique inné chez tout Malagasy de bonne souche.
La pandémie ne parvient pas à entamer la fébrilité des citoyens à l’approche de la date du 26 juin, commémorative de l’indépendance nationale. Les lampions continuent à égayer les étals des marchands malgré l’annonce des restrictions sur leur utilisation. Les vendeurs de drapeaux aux couleurs nationales arpentent les artères des grandes villes, parallèlement, pour permettre à toutes les familles d’honorer cette échéance en pavoisant respectivement leur foyer.
Telle initiative, contrairement aux affirmations de certains malintentionnés, n’a jamais résulté de la colonisation. Elle est héritée d’une longue tradition de nationalisme transmise de génération en génération sans distinction de classes sociales ni d’opinions. Les Malagasy semblent être dotés d’un patriotisme naturel illustré par différents mouvements de libération dus à une allergie collective au joug colonial dans diverses parties de l’île.
Tenter de dissuader la population de commémorer dignement le retour de son pays à la souveraineté s’avère donc d’un échec préalable. Le peuple a déjà jeté le sens politique de cette commémoration depuis les premières années de l’indépendance, d’ailleurs, pour n’en retenir que sa valeur festive au sens propre du terme.
Difficile voire impossible de le sevrer d’une ambiance bon enfant, alors, après des mois passés à s’échiner pour survivre et malheurs à celui qui se prend à s’y essayer. Bon an mal an, toutes les familles se donnent rendez-vous pour fêter le jour de l’indépendance nationale au détriment de toute opinion politique.

Manou

Les commentaires sont fermées.