Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Une cause pas très commune

Une cause pas très commune

Cette année 2020 marquerait-elle un tournant décisif dans l’histoire de l’humanité ? Aux côtés du coronavirus qui secoue encore la planète en ce moment, le nom de George Floyd a fait aussi le tour du monde. D’envergure mondiale, les effroyables images de son arrestation ont ému et choqué bon nombre de citoyens. Indignés, les Américains sont descendus dans les rues, des émeutes ont éclaté un peu partout aux Etats-Unis. Mais cette vague de condamnations a aussi gagné l’Europe et l’Afrique.
La discrimination est encore bien présente même au-delà de ce grand pays reconnu pour son modèle de démocratie. La vidéo d’un policier blanc en train d’asphyxier George Floyd en plaçant son genou sur son cou pendant quelque 8 minutes est devenue virale à tel point que même les pays comme l’Iran ou la Chine, n’ont pas manqué de réagir.
Mais pendant ce temps à Madagascar, c’est le silence radio. Le Covid-19 serait-il en train de réellement nous étouffer ? On se souvient pourtant de « je suis Charlie » qui est devenu un slogan mondial contre le terrorisme après les attaques meurtrières visant le journal Charlie Hebdo.
Visiblement, l’histoire tragique de Georges Floyd ne semble pas porter atteinte à la sensibilité des Malagasy. Le souci est ailleurs même si certains profitent de la crise sanitaire pour inciter à la haine raciale. Mais pour l’ensemble de la population, pas question de jeter de l’huile sur le feu des sujets sensibles de ces derniers temps comme le limogeage de Rijasoa Andriamanana, la construction d’une arène sur le site historique du palais de la Reine… Le clivage tribal, l’incitation raciale… utilisés sont devenus des fins politiques désuètes au fil du temps.

T.N

Les commentaires sont fermées.