Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Paritana: Mme Zo, la grande lauréate de la quatrième édition

Paritana: Mme Zo, la grande lauréate de la quatrième édition

La Fondation H a dévoilé les grands gagnants du concours d’art contemporain Paritana, hier, dans sa galerie sise à Andraharo. Ainsi, Mme Zo a séduit le plus le jury, suivie de Felana Rajaonarivelo, qui a obtenu le prix Aide à la production, et d’Yannick Tojonantenaina Andrianambonisoa, la gagnante de la Mention spéciale à la jeune création.

Zoarinivo Razakatrimo, connue sous le nom de Mme Zo, a déjà participé à ce concours lors de la première édition. Si l’artiste plasticien Temandrota a emporté la première place, elle a déjà brillé en remportant la seconde place. « Cette année, je voulais relancer », a annoncé Mme Zo. Spécia­liste en tissage avec divers matériels, Mme Zo a présenté cette fois-ci un tableau qu’ elle a baptisé « Bateau ». « Cette œuvre est une façon pour moi de raconter l’histoire », a-t-elle ajouté.

Les gagnants

Mme Zo bénéficiera donc d’une résidence de création durant trois mois à la Cité internationale des arts à Paris, suivie d’une exposition. « Cette résidence se dé­roulera normalement en septembre, mais avec la situation actuelle, je pense qu’elle aura lieu en octobre », a annoncé Hobisoa Raininoro, project manager de la Fondation H. Pour sa part, la photographe Felana Rajaonaivelo a présenté une œuvre en noir et blanc, composée de deux clichés « nus artistiques ». Enfin, Yannick Tojonantenaina An­drianambonisoa a proposé un cliché expressif de la ville durant la nuit.
« Je félicite ainsi tous les artistes malagasy pour leur persévérance et leur création », a annoncé Hassanein Hiridjee, fondateur de la Fondation H et membre du jury du con­cours Paritana. De son côté, Didier Montagné, Direc­teur délégué de l’IFM, a ajouté que les artistes proposent ainsi une grande diversité en esthétique, mais se lancent rarement dans la diversité des supports. « Faute de fi­nancement, les artistes n’ont pas pu présenter une installation ou une vidéo », a-t-il re­gretté.

Une seconde galerie de la fondation H en France

Conscient des problèmes que subissent les artistes malagasy, Hassanein Hiri­d­jee a ouvert une autre galerie en France, plus précisément dans le Marais, un carrefour incontournable des expositions et des galeries. « L’inau­gu­ration devait se tenir en mars, mais à cause du confinement, elle sera reportée en septembre », a-t-il expliqué. Par contre, les portes sont déjà ouvertes et l’artiste Malala y expose déjà actuellement.

Holy Danielle

Les commentaires sont fermées.