Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Scandale des bonbons à 8 milliards d’ariary: Rijasoa Andriamanana limogée

Scandale des bonbons à 8 milliards d’ariary: Rijasoa Andriamanana limogée

Au coeur du scandale des bonbons et friandises d’une valeur de 8 milliards d’ariary, Rijasoa Andriamanana, ministre de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel ne fait plus partie du team Ntsay. 

Après l’affaire du panier garni qui a coûté sa place à l’ancienne ministre de l’Educa­tion, Marie-Thérèse Vola­haingo, au mois de janvier, un autre dossier épineux vient de secouer sa remplaçante, Rija­soa Andriama­nana, nommée à ce poste, il y a quatre mois.
Dépenser plus de 8 mil­liards d’ariary pour l’achat de bonbons sucettes, a fait polémique durant des jours sur les réseaux et dans les médias. Malgré les justifications fournies par Rijasoa Andriamanana, aux yeux de tout le monde, c’est du gaspillage de l’argent public, en cette période de crise sanitaire. De leur côté les enseignants du privé n’ont cessé de réclamer du soutien pour faire face au coronavirus.
Hier, dès le début de l’après-midi, la rumeur sur sa démission ou son limogeage s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. D’autant qu’elle a brillé par son absence, au CCI, alors que les élus l’ont attendue de pied ferme. Ce faux bond a été tout de suite assimilé à une démission pour les observateurs.
Et comme il fallait s’y attendre, la Présidence de la République a, par la suite, confirmé l’information en publiant le décret d’abrogation de sa nomination ainsi que son intérimaire, la ministre de l’En­seignement supérieur et de la recherche scientifique, Elia Béatrice Assoumacou.
Titulaire d’un doctorat en langue, littérature et études socioculturelles de l’université du Nouveau Mexique (Etats-Unis),   Ri­ja­soa Andriamanana a succédé à Marie-Thérèse Vola­haingo, le 29 janvier. Lors de la passation de service, elle avait pourtant misé sur la transparence.
Le sort des examens officiels

Une mission difficile incombe à Elia Béatrice Assoumacou vu que l’éducation a aussi subi l’impact de la crise sanitaire. L’on se demande si les dates des examens officiels sont maintenues.

J.P

Les commentaires sont fermées.