Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Incidence de la crise sanitaire : la CCIFM lance un appel de détresse

Incidence de la crise sanitaire : la CCIFM lance un appel de détresse

Après le Syndicat des entreprises dans le secteur BTP et le Groupement des entreprises de Madagascar (Gem), c’est au tour de la Chambre de commerce et d’industrie France Madagascar (CCIFM) de lancer un appel de détresse à l’Etat face aux répercussions de la crise sur les activités de ses entreprises membres. 

«Les entreprises membres de la CCIFM notent une baisse de 52% de leurs activités ces trois derniers mois », a noté son président André Beaumont devant la presse, hier à Androhibe. « Il est vrai que les entreprises à Madagascar sont résilientes après avoir vécu les mouvements de grève, les crises politiques… Mais aujourd’hui, il serait urgent que l’Etat accepte la concertation avec le secteur privé », a-t-il fait savoir.
Au niveau des 387 entreprises membres de la CCIFM, 6000 à 7000 des 35.000 salariés sont actuellement au chômage. Environ 2000 salariés ont été licenciés en raison de l’arrêt des activités des sociétés, selon une enquête menée par la Chambre de commerce. A ce propos, André Beaumont a avancé que le manque de revenu de ces salariés du secteur formel « va engendrer de graves perturbations de l’économie et probablement des frustrations importantes ».
L’opérateur soutient dans ce sens qu’il est urgent de trouver une solution pour ces personnes qui ont perdu leur emploi. « Le Gem avait proposé un système d’indemnisation du chômage qui sera confié à la Cnaps. Mais cela a été refusé. Il reste à trouver d’urgence une autre solution, notamment la création d’une agence dédiée à cette tâche », a-t-il poursuivi. Ce dernier enchaîne qu’une partie des 444 millions d’aides internationales accordées à Madagascar devrait être utilisée pour soutenir les entreprises formelles afin de maintenir l’économie du pays.

Crainte d’une pénurie

Suite à l’annulation des autorisations de déplacement dans les régions, la CCIFM estime que le problème de laissez-passer vers Toamasina devrait être résolu rapidement au risque de vivre une pénurie dans le pays.
Les entreprises textiles dans la ville d’Antsirabe font face au même problème de déplacement. Ces entreprises confectionnent, en ce moment, des masques destinés à l’exportation. Mais, elles ont besoin de faire inspecter leur production avant de sceller les containers. Elles rencontrent ainsi en ce moment d’importantes difficultés à envoyer les inspecteurs d’Antananarivo dans leurs usines.
Durant sa dernière prise de parole sur la chaîne nationale, dimanche, le président Andry Rajoelina a annoncé l’élaboration d’un Plan multisectoriel d’urgence (PMU) incluant l’accompagnement du secteur pri­vé. Une partie du plan de mitigation élaboré avec le secteur privé, mais finalement abandonné, devrait être intégrée dans ce PMU. Toutefois, ce secteur n’est pas encore au courant des détails.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.