Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Relance post-crise: un plan d’urgence multisectoriel en perspective

Relance post-crise: un plan d’urgence multisectoriel en perspective

L’Etat envisage de mettre au point un plan d’urgence multisectoriel avec l’ensemble des acteurs économiques du pays aux fin d’une stratégie de relance post-crise. Des rencontres entre chaque partie seront initiées dans les prochains jours, si l’on en croit l’annonce du président de la République, dimanche.

La crise liée au Covid-19 n’épargne aucun secteur d’activités. Les in­dustries tournent à capacité réduite, soit jusqu’à 50%. La majorité des entreprises sont contraintes de noyer leurs employés au chômage technique. Toute la chaîne du secteur des voyages et du tourisme est à l’arrêt… et la liste n’est pas exhaustive.
Un plan de mitigation pour le secteur privé avait été concocté juste après l’annonce de l’état d’urgence sanitaire. Et le président Andry Rajoelina a confirmé l’élaboration d’un « plan d’urgence multisectoriel », vu que la relance économique concerne l’ensemble des secteurs d’activités.
Le chef de l’Etat a souligné, entre autres mesures, le report du paiement des échéances fiscales pour les entreprises (IS, IR, IRSA, TVA…) malgré les manques à gagner qui en découlent pour la caisse de l’Etat. Il a également parlé d’une éventuelle concertation avec les opérateurs du BTP dans une perspective de création d’emplois.
Le secteur privé, notamment les industries, pour sa part, demande la sortie du décret d’application de la Loi pour le développement de l’industrie à Madagascar (LDIM), qui a déjà été adoptée en 2017.

Le tourisme est le plus sinistré
A l’heure où les impacts économiques du Covid-19 frappent chaque secteur d’activités, le secteur du tourisme est le plus sinistré selon la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM). En effet, 44.000 emplois directs et plus de 300.000 emplois indirects sont en péril, ce qui touche plus de 1,5 million de Malagasy. D’ores et déjà, les agences de voyages, les hôtels, les restaurants, les compagnies aériennes, les loueurs de voitures… ont lancé des cris d’alarme face à la gravité de la situation à laquelle ils sont confrontés.

Dans le plan de mitigation pour le secteur privé, en particulier le secteur touristique, élaboré avec le Gou­vernement, la CTM a fixé comme objectifs principaux la sauvegarde de l’emploi, le support aux entreprises, ainsi que le soutien à l’évolution du marché. Et la confédération juge nécessaire de se focaliser aujourd’hui sur la sauvegarde de l’emploi.

Bref, le pays entre dans son troisième mois de confinement. Et la reprise est de mise. Si des mesures de relance doivent être élaborées, celles-ci devraient con­cerner le soutien et le renforcement de capacité des métiers clés de chaque secteur ainsi que de l’appui à la trésorerie des opérateurs pour le maintien de leurs exploitations.

Arh.

Les commentaires sont fermées.