Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Plus de questions que de réponses

Plus de questions que  de réponses

Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Apparem­ment, 60 ans après l’indépendance, il semble qu’aucune réponse n’est trouvée à ces questions. Elles sont même en train de prendre le dessus au niveau de l’actualité depuis que l’édifice dénommé « Kianja masoandro » voit le jour sur la haute ville. Les passionnés de l’Histoire ont vite trouvé un sujet à débattre tandis que d’autres, en mal de sujets politiques, se sont engouffrés dans la brèche. Il faut dire que pour certains, le sujet tombe à pic tant elle fait appel au sentiment et à la foi. Un sujet qui, ajouté aux conséquences socio-économiques de la pandémie au sein de chaque couche sociale, peut constituer un cocktail explosif pour créer une situation plus que désordonnée.

A qui profitera alors la situation ? Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver la réponse. Pour certains en effet, chaque initiative qui pourra fragiliser le pouvoir en place constitue une aubaine pour avoir un peu d’onction populaire. Un opportunisme qui ne devrait pas faire oublier que l’actuel régime n’est pas encore arrivé à mi-mandat. Il faut reconnaître que, ces temps-ci, bien de personnalités politiques ont encore en mémoire la période de transition où tout semble permis. Cette fois-ci, ce n’est plus le cas et chacun doit mériter sa promotion. Il suffit d’ailleurs de voir les composants du Gouvernement et les responsables au sein de l’administration. Ce qui est loin d’être le goût de tout le monde.

Ce qui revient à demander, encore une fois, qui sommes-nous ? Et où est-ce qu’on veut bien aller ? Au-delà de ces simples interrogations et dont les réponses tendent à se compliquer, il suffit de suivre le débat autour de la reconstruction du Palais de Manjakamia­dana pour les comprendre. Il est, en tout cas patent, de constater que 60 ans après l’indépendance, nous en sommes encore au moment où l’on se pose plus que de questions que de réponses à notre devenir. Il serait peut-être temps d’y remédier car pendant que nous continuons de nous enfermer dans notre cocon, le monde, lui, n’attend pas.

J.P

Les commentaires sont fermées.