Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

51 contaminations en 72 heures: la ville de Toamasina s’étouffe

51 contaminations en 72 heures: la ville de Toamasina s’étouffe

La ville de Toamasina compte un bon nombre de malades du coronavirus à tel point que les lieux destinés à recevoir les cas positifs arrivent à saturation l’un après l’autre. Des bâtiments ont dû être, par conséquent, transformés en centres de soins.

Le nombre de malades du Covid-19 ne cesse de se multiplier à Toama­sina, où se trouve la majorité des personnes infectées par le virus à Madagascar. Rien qu’en 72 heures, la ville a enregistré 51 nouveaux cas confirmés au coronavirus, dont la plupart présentent des symptômes. 22 de ces nouveaux cas ont été détectés, hier, d’après les statistiques du Centre de commandement opérationnel (CCO) «Covid-19». Le nombre de cas positifs augmente si vite à tel point qu’actuellement, les lieux destinés à accueillir les personnes atteintes de la maladie sont débordés en si peu de temps.
Auparavant, toutes les personnes atteintes de coronavirus étaient traitées au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Toamasina. Cependant, ce dernier a atteint sa capacité maximale en l’espace de quelques jours seulement. Par la suite, les autorités ont décidé d’ouvrir le foyer social Canada pour accueillir les cas asymptomatiques tandis que le CHU de Toamasina est entièrement destiné à recevoir les malades développant des formes graves de la maladie.
A son tour, le Foyer Ca­nada, qui ne pouvait pas accueillir plus de 50 malades, n’a pas pu contenir la forte augmentation des cas confirmés dans la capitale de la région Atsinanana. Le Centre régional de la jeunesse et du sport (CRJS) de Toamasina a été, par la suite, aménagé pour accueillir d’autres pa­tients. Cependant, ce lieu est également sur le point d’atteindre sa capacité maximale, d’où la raison de la prospection d’autres endroits. Ainsi, le Centre de formation des techniciens animateurs ru­raux (CFTAR) est prévu accueillir 200 malades de plus.
Outre le CFTAR, le gymnase de Soavita fait également partie des endroits qui pourraient recevoir de nouveaux patients. En effet, vu la vitesse de propagation de la maladie, tous les autres lieux aménagés pour recevoir les patients pourront également arriver à saturation d’ici peu. Pour éviter que la situation ne s’empire, un renforcement des mesures mises en place a été décidé pour cette ville.
A part l’augmentation du nombre de cas positifs, la multiplication des décès suite au Covid-19 constitue également un défi pour les autorités à Toamasina. Avec un décès de plus, samedi, la ville du Grand port enregistre six décès du coronavirus. Toutes ces victimes faisaient partie de ce qu’on appelle des personnes à risques dans la me­sure où elles étaient diabétiques.

Menace permanente
Si telle est la situation à Toamasina, les autres villes comme Moramanga et Anta­nanarivo ne sont pas pour autant épargnées. Toutefois, le virus se propage lentement dans ces deux localités. A Antananarivo par exemple, la maladie gagne de jour en jour les localités environnantes comme Fenoarivo, Ampita­tafika, Vontovorona, ou Tsi­roanomandidy.
Pour son cas, Moramanga a enregistré, hier, sept cas supplémentaires au Covid-19 en plus de ceux qui suivent encore des traitements. De même pour la ville de Fiana­rantsoa qui n’est pas totalement sorti d’affaire. Cette ville a, en effet, enregistré hier un nouveau malade au coronavirus malgré que ceux qui étaient atteints du virus dans cette ville soient désormais guéris.
En tout, 826 personnes ont contracté la maladie depuis son arrivée à Madagascar, dont 546 sont sous traitement. Six autres personnes ont été également guéries hier, portant à 174 le nombre total de guérisons.

Tsilaviny Randriamanga

Le Pr. Stéphane Ralandison transféré dans la capitale

Concernant l’affaire du décès du médecin atteint du Covid-19 au CHU Morafeno de Toamasina, les autorités auraient finalement décidé de poursuivre l’enquête du Pr. Stéphane Ralandison à Antananarivo, après l’annulation de son défèrement. Des éléments de la gendarmerie l’auraient effectivement escorté pour être transféré dans la capitale. 

 

Les commentaires sont fermées.