Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Des foyers de tensions: hasard du calendrier ou manœuvre de déstabilisation ?

Des foyers de tensions: hasard du calendrier ou manœuvre de déstabilisation ?

La situation sociopolitique est tendue ces derniers temps. Coïncidence ou action délibérée ? Des acteurs politiques en profitent pour jeter de l’huile sur le feu. 

Alors que les responsables politiques sont sur le front pour freiner la propagation du Covid-19, leurs détracteurs ne font que semer l’agitation dans un contexte sociopolitique difficile. Comme il est relaté dans un autre article, Toamasina, la ville la plus touchée par cette pandémie, a été le théâtre des manifestations estudiantines, hier. Les grévistes sont descendus dans la rue pour réclamer leurs bourses d’études sans pour autant respecter les mesures sanitaires liées à la propagation du virus.
Certes, cette revendication pouvait être légitime, mais se manifester en pleine crise sanitaire, vu les risques de propagation du coronavirus, est-il opportun ? D’au­tant plus que des étudiants dans d’autres localités, no­tam­ment à Antsiranana et à Fianarantsoa, envisagent d’en faire autant,  alors que l’enseignement à l’université est suspendu jusqu’à nouvel ordre.
.
Intérêt soudain pour la reconstruction du Rova
Et aussi étrange que cela puisse paraître, c’est au même moment que l’ancien président Marc Ravalomana­na fait son apparition à Andohalo en surfant sur la vague des réactions par rapport à la réhabilitation de ce monument. Or ces derniers temps, il n’a jamais abordé le sujet durant ses interventions. A priori, cette précipita­tion  n’a rien de hasard. Sans oublier que le groupe de l’ancien président appuie manifestement les pétitions sur les réseaux sociaux visant à stopper la mise en place d’une infrastructure moderne près du Rova.
Et pire encore, il a effectué une descente sur les lieux, hier, sans autorisation préalable ni consultation des responsables du chantier. A cela s’ajoutent les campagnes de dénigrement du régime sur les réseaux sociaux à chaque prise de décision des autorités étatiques.
En tout cas, depuis que le chef de l’Etat a mené une action de plaidoyer sur la nécessité de restituer les Iles malagasy, les tirs croisés de l’opposition ont repris de plus belle. Lors de son discours à la nation, le 17 mai, le président avait déjà précisé qu’il fallait redoubler de vigilance pour mieux lutter contre le Covid-19 et que « notre ennemi n’est pas seulement le coronavirus, il existe également des ennemis de l’extérieur et de l’intérieur ». La succession des événements de ces derniers jours tend visiblement à confirmer cette déclaration.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.