Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Solution injectable du CVO: des essais cliniques menés à Antananarivo et à Toamasina

Solution injectable du CVO: des essais cliniques menés  à Antananarivo et à Toamasina

La hausse des contaminations se poursuit à Toamasina avec 20 nouveaux cas détectés au cours des dernières 24h.  Face à l’urgence de la situation et pour la deuxième fois en un mois, le chef de l’Etat, Andry Rajoelina, s’est déplacé dans la ville du Grand port, hier. Plusieurs mesures ont été annoncées afin de juguler la propagation du corona­virus. Des essais cliniques avec la solution injectable du Covid Organic, sont menés à Toamasina et à Antananarivo.

«Toamasina n’est pas seule dans ce com­bat». Tel est le principal message du président de la République, Andry Rajoe­lina, hier, dans la capitale de Betsimisaraka. En effet, pour la deuxième fois en quelques semaines, une délégation conduite par le locataire d’Ambohitsorohitra est descendue dans cette localité pour constater de visu la lutte contre le coronavirus.

De nouvelles mesures sa­nitaires s’imposent et une nouvelle méthodologie de travail a été mise en œuvre. Et, aux grands maux les grands remèdes.
En fait, quelques jours après son entretien par visioconférence avec le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le docteur Tedros Adhanom, axé sur le Covid Organics, Andry Rajoelina a annoncé qu’après avoir reçu l’aval du comité scientifique, le protocole de traitement du CVO, sous forme de solution injectable, est désormais entré dans une phase d’essai clinique à Toamasina et Anta­nanarivo. A rappeler que le Covid Organics fait partie des traitements soumis aux essais cliniques dans le cadre du « Solidarity Trial ».
Cette solution relève des trois protocoles de traitement entrant dans le cadre de la lutte annoncée récemment par le chef de l’Etat.  Tel est le fruit d’une collaboration avec des scientifiques et
cliniciens des Etats-Unis. « L’OMS a aussi donné son feu vert en vue des essais cliniques dans plusieurs pays d’Afri­que », détaille, à ce propos, la Présidence.

Fini le laxisme

Avec la multiplication des cas positifs, la situation a pris une proportion inquiétante à Toamasina. Certains responsables  étatiques de la région ont été mis en cause pour leur laxisme.
« Le président et les ministres ne peuvent pas travailler seuls. Tous les responsables, élus ou pas, doivent accomplir leur devoir », a indiqué le chef de l’Etat lors d’un atelier de concertation entre les acteurs et des premiers responsables de la lutte contre le corona­virus.
A cet effet, Andry Rajoe­lina a donné des consignes fermes à l’endroit des auto­rités locales afin d’appliquer au pied de la lettre les me­sures de riposte. A en croire, d’ailleurs, la nouvelle Direc­trice régionale de la santé publique, les différents établissements de la ville ac­cueil­lent près de 275 mala­des. 16 autres poursuivent leur traitement à domicile.

Le personnel soignant renforcé

Les hôpitaux arrivent à saturation dans la capitale de Betsimisaraka et les membres du personnel soignant sont débordés. Pour leur prêter main-forte, une équipe médicale composée de 29 médecins dont des biolo­gistes, des internes, des psychiatres, des paramédicaux, est venue en renfort.
Par ailleurs, Andry Ra­joe­lina a aussi doté d’une vingtaine de véhicules d’intervention Covid-19 et 5 ambulances le centre de commandement de la ville, en plus de ces renforts humains. Les stocks d’équipements de protection individuelle ainsi que de médicaments ont aussi été renforcés.

JP.

Les commentaires sont fermées.