Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Antsiranana: la Fitefa mise sur les sociétés d’Etat

Antsiranana: la Fitefa mise sur les sociétés d’Etat

L’avenir des sociétés d’Etat existant dans leur circonscription préoccupe les natifs de la province d’Antsiranana. La Fitefa mène ainsi des actions auprès du pouvoir afin de préserver ces sociétés, principales pourvoyeuses d’emplois dans cette partie de Madagascar.

Les natifs de la province d’Antsiranana, sous la conduite de l’association « Fikambanan’ny teraky ny faritany Antsiranana » (Fitefa), se solidarisent pour sauver les sociétés d’Etat faisant vivre des milliers de fa­milles par la création d’em­plois directs ou indirects dans leur circonscription d’ori­gine. Un comité ad hoc a été ainsi créé lors d’une récente session extraordinaire con­voquée par le président de l’association, Johnfrince Be­kasy, dans la capitale, pour servir d’interface auprès des gouvernants.
Ce comité est composé de la vice-présidente de l’As­semblée nationale chargée de la province d’Antsira­nana, Jocelyne Maxime Ra­helihanta, et des cadres et étudiants originaires de cette faritany. Il aura à mener d’éventuelles négociations destinées à redresser et maintenir en activité ces sociétés durant cette période de crise sanitaire, selon les participants à cette réunion. Le président de la Fitefa a d’ailleurs révélé que l’ordre du jour de la session a été particulièrement axé sur l’avenir de ces sociétés, dont la Soavoanio de Sambava et la Secren d’Antsiranana, compte tenue de leur im­portance sur le plan socio-économique dans leur ré­gion d’implantation respective.
« Suspendre les activités de ces unités, devenues de véri­tables pôles de développement de la province d’Antsiranana, équivaut à mettre à mort l’économie de la région nord de Mada­­gascar et pourra même engen­drer des crises », a souligné le président de la Fitefa.
La Fitefa mise donc sur la réussite des éventuels pourparlers entre l’Etat et son comité pour la survie de ces sociétés représentant un in­térêt capital pour la province d’Antsiranana.

Manou

Les commentaires sont fermées.