Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Omnisports – Post-pandémie : les athlètes, partagés entre crainte et impatience

Omnisports – Post-pandémie : les athlètes, partagés entre crainte et impatience

L’idée de reprendre les activités dès la levée du confinement est loin de faire l’unanimité auprès des athlètes. Alors que certaines fédérations préparent déjà la relance post-pandémique, d’autres sont partagées entre crainte et envie de reprendre la compétition. 

L’hypothèse d’une an­née blanche serait le pire de scénarios pour tout le monde. Mais tant que le coronavirus n’est pas maîtrisé, retourner sur le terrain inquiète aussi plus d’un.
D’après le taekwondoïstes Nicolas «Rangoz» Ran­dria­mian­drisoa qui s’oppose à la compétition, « Habituel­lement, les compétitions en taekwondo sont presque finies en ce mois de mai. Il ne reste que les grands rendez-vous. C’est mieux de se ressourcer et de bien répartir avec une nouvelle saison», a-t-il déclaré. « Certes, le sport est devenu une drogue pour nous tous, mais pour le moment, la santé de ma famille passe avant tout », a-t-il poursuivi.
Une position soutenue par Lorin Damien Razana­dra­fomba, le médaillé d’or du 4X400 m des derniers Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI). « Je crois que d’une manière générale, les athlètes sont inquiets. J’ai une famille et je dois d’abord veiller sur elle», a-t-il résumé.

Prêt à revenir sur le terrain
Par contre, Vania, l’haltérophile, s’est montrée beaucoup plus ouverte à une reprise. « Je pense que la majorité des joueurs ont hâte de rejouer, mais nous voulons aussi que ce soit le plus sécurisé possible ».
De son côté, le capitaine de l’équipe nationale de rugby, Tolotra Ramaro­mi­antso, piaffe d’impatience à l’idée de retourner sur le terrain à condition que le dispositif sanitaire le permette. Il espère encore renouer avec les compétitions internationales cette saison. « Retourner sur le terrain, ce serait important pour moi. Personnellement, je serais heureux de reprendre l’entraînement par petits groupes quand la situation le permettra et d’essayer de revenir à une certaine normalité dès que possible », a-t-il conclu.

Soafara Pharlin

Les commentaires sont fermées.