Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Etat d’urgence sanitaire: les mesures se poursuivent et s’étalent sur quatre régions

Etat d’urgence sanitaire: les mesures se poursuivent et s’étalent sur quatre régions

L’Etat d’urgence sanitaire et le déconfinement progressif sont prolongés de 15 jours selon la déclaration du chef de l’Etat hier. Des sanctions seront également prises contre tous ceux qui minimisent ou enfreignent les dispositifs mis en place.

C’est avec un ton ferme que le président de la République Andry Ra­­joelina a annoncé hier soir la suite des mesures à prendre dans la lutte contre le coronavirus. Au vu de la situation actuelle, le chef de l’Etat a annoncé le maintien des mesures déjà prises dans le cadre du déconfinement progressif pendant 15 jours de plus. Face à l’évolution de la situation, ces dispositions s’étaleront toutefois sur quatre régions, dont Anala­manga, Matsiatra Ambony, Atsina­nana et… Alaotra Mangoro. Dernièrement, Am­batondra­zaka a effectivement enregistré un certain nombre de cas positifs au coronavirus.
Parmi ces mesures figure la restriction de circulation à l’entrée et à la sortie de ces quatre régions. Aucun individu et aucun véhicule en dehors de ceux qui disposent d’une autorisation dû­ment signée par les responsables du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 ne peuvent ainsi entrer ou sortir de ces régions. Un contrôle strict de l’application de cette mesure sera fait d’après toujours Andry Rajoelina qui indique que des sanctions seront prises contre ceux qui ne respectent pas ces mesures.

Trop de laisser-aller

Le président affirme qu’ on a constaté un certain la­xisme dans l’application des mesures d’urgence du­rant les derniers 15 jours. Il cite l’exemple de Toamasina où les cas contact n’ont cessé de se multiplier depuis quel­ques jours. Une multiplication qui aurait été due au non-respect des gestes barrières.
«La circulation des individus est l’un des facteurs qui entraînent la forte propagation du virus. C’est pour cette raison que j’insiste sur la restriction de la circulation dans les régions fortement touchées par cette maladie. Chacun devrait prendre ainsi sa responsabilité pour éviter que la situation ne s’empire, à commencer par les simples citoyens, les élus ainsi que les responsables au niveau local», martèle-t-il.
Outre les mesures liées à la circulation, la reprise partielle des activités professionnelles et les transports publics sont ainsi maintenus. Aucune reprise des cours, à part les élèves en classe d’examen, ne sera pas encore autorisée jusqu’à nou­­vel ordre. A cela s’ajoute le port obligatoire de masque dans tous les lieux publics. Le couvre-feu allant de 20 heures à 4 heures se poursuit également en plus des autres mesures citées dans le décret sur l’Etat d’urgence sanitaire du samedi.
Le locataire d’Iavoloha a par ailleurs insisté sur l’importance de la prise du re­mède Covid-Orgnics (CVO) pour se protéger contre le coronavirus. Il souligne le fait que la plupart des personnes infectées par le virus affirment n’avoir pris ce remède alors que des campagnes de distribution gratuite de CVO ont été lancées depuis quelques semaines.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.