Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Coronavirus à Toamasina: les syndicats dénoncent la stigmatisation des employés d’Ambatovy

Coronavirus à Toamasina: les syndicats dénoncent la stigmatisation des employés d’Ambatovy

Le coronavirus fait des victimes collatérales. Et la tension monte dans la ville du grand port. Des syndicalistes au sein d’Ambatovy dénoncent la stigmatisation des employés de cette compagnie minière, notamment ceux de l’usine à Toamasina. 

Appel de détresse. L’Union des syndicats des travailleurs de Madagascar (Fisema) Amba­tovy déplore le fait que depuis l’annonce de la contamination de certains membres du personnel de la compagnie, « De nombreux enfants des salariés d’Ambatovy sont refusés à l’école ». Pis, « Un certain nombre d’employés de cette société minière qui sont locataires sont renvoyés de leur domicile. Si d’autres cherchent à louer, ils se retrouvent directement refoulés (…) », comme le rapporte le Fisema dans un communiqué publié samedi.
Et ce dernier explique cette stigmatisation par le fait que « Certains organes d’information et de presse ont déclaré que c’est Ambatovy qui fait propager le Covid-19 à Toamasina ». Le syndicat rappelle que la majorité du personnel a cessé les activités au sein de l’usine depuis le 24 mars et la société a déjà suspendu provisoirement ses opérations d’extraction de cobalt et de nickel depuis le 6 avril.
Face à cette situation, le syndicat souligne également que « Les employés d’Amba­tovy opèrent dans le respect des normes internationales les plus élevées en matière de santé et de sécurité au travail ». Le Fisema Ambatovy s’interroge ainsi sur l’intention de dire que la maladie a pris source et s’est propagée depuis la compagnie… « Comme tous les Mala­gasy, les employés d’Ambatovy vivent au sein de la communauté où le contact avec le voisinage comporte toujours des risques de contamination de la maladie et pas uniquement sur les lieux de travail », ajoute le syndicat.

Quid des suivis médicaux ?

Lors de sa descente à l’usine d’Ambatovy à Toamasina en fin de semaine, Fidiniavo Ravokatra, ministre des Mines et des ressources stratégi­ques, a tenu à souligner que les membres du personnel ont été mis en quarantaine depuis quel­ques semaines. Une dé­claration qu’il a confirmée lors de son intervention sur la Télévision na­tionale le week-end. « Les employés d’Ambatovy ne sont pas tous porteurs du coronavirus et ne devraient pas être stigmatisés par la société », a-t-il soulevé.
Tout en dénonçant les récupérations politiques en vue de créer des troubles, le ministre a fait part de l’existence d’un suivi médical de tous les employés de la compagnie minière. Et de rappeler le confinement des employés effectuant un service minimum sur le site de Toamasina. « Seuls 150 employés travaillent actuellement à l’usine de Toa­masina pour assurer le fonctionnement, la maintenance et la sécurisation des installations. Ils ne circulent pas en dehors de l’usine », a-t-il indiqué.
Outre le respect des mesures barrières dans l’enceinte de l’usine, chaque employé suit des traitements de prévention avec la décoction Covid Organics (CVO)…

Arh.

Les commentaires sont fermées.